Le premier Café Mortel vous promet une soirée bien vivante

Photo de helene_gagnon
Par helene_gagnon
Le premier Café Mortel vous promet une soirée bien vivante

<![CDATA[ 
La mort peut être un sujet fascinant, ou éprouvant. Un sujet rempli de sagesse, mais qui aborde nos plus grandes tristesses.
Danielle Bolduc et Claudia Dallaire, toutes deux agentes de pastorale, ont décidé de briser les tabous entourant la mort, en organisant un premier Café Mortel à Roberval.
«Un Café Mortel c’est un moment que l’on prend pour parler de la mort, dans une atmosphère informelle. Ce n’est pas une thérapie, car il existe déjà des groupes pour aborder le deuil. C’est plutôt une occasion de discuter de la mort, de sa mort, de nos expériences, peu importe notre âge, ou nos croyances», explique Mme Bolduc.
Le concept a été développé par un sociologue suisse, dans les années 2000 et s’est rependu au reste de la planète. Au Québec, les premiers cafés mortels ont fait leur apparition, en 2013, à Montréal.
Tabou
L’objectif de ces rencontres est d’offrir une tribune pour parler de la mort.
«Un jour ou l’autre, nous serons tous face à la mort. Quand on vient au monde, la mort fait en sorte déjà partie de notre vie. On trouve la mort normale quand c’est une personne âgée qui rend sot dernier souffle. Cruelle, quand elle fauche la vie d’un jeune.»
Le Café Mortel ne se veut pas confessionnel. C’est plutôt un lieu pour échanger et philosopher à propos de la mort.
«Les échanges sont aléatoires. On parle de sa mort, celle des autres, celle qu’on appréhende, celle qui ne se passe pas. Dans un Café Mortel personne n’est là pour faire la leçon. On écoute les témoignages et on partage.»
Dans l’humour
Bien que la mort semble un sujet lourd, les Cafés Mortels sont réalisés dans la plus grande des ouvertures.
«Il n’y a pas de thèmes particuliers. On suit la dynamique du moment. Il s’agit d’une soirée légère et pleine d’humour. Cet aspect, il est très important pour Claudia et moi. On souhaite que les gens passent une belle soirée. On ne veut pas qu’il rentre à la maison dans un état de tristesse.»
Le premier Café Mortel du Lac-Saint-Jean aura donc lieu le 24 avril, de 19h à 21h, au restaurant Mike’s de Roberval.
«On espère que les gens seront curieux et qu’ils s’inscriront. Nous n’avons pas encore tenu la première rencontre que nous espérons déjà réaliser un second café!»]]>

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des