Roberval doit intervenir

Louis Potvin
Roberval doit intervenir
La Ville de Roberval intente des procédures judiciaires pour que cesse la vente de produits dans cette résidence de l’avenue Boivin. (Photo : Trium Médias – Éric Palin)

Roberval doit intenter un recours judiciaire envers des citoyens qui font du commerce aux détails dans une résidence alors que c’est interdit.

« Nous avons envoyé des avis d’infractions depuis quelques années pour que les personnes se conforment et rien n’a été fait malgré que nous avons tenté de trouver des solutions. Nous n’avons pas le choix de faire respecter le règlement municipal et nous sommes rendus à la démarche ultime », mentionne le maire, Sabin Côté.

Un mandat a été confié à Caïn Lamarre pour déposer une demande d’ordonnance à la Cour supérieure du Québec et d’offrir des conseils juridiques.

Les personnes résidant au 717, avenue Boivin, réalisent de la vente au détail dans la résidence, ce qui n’est pas permis. Ces gens possèdent aussi une entreprise de déneigement et entreposent de l’équipement sur le terrain.

Rue Lévesque et Saint-Jean

Les travaux de réfection des rues Ménard et Saint-Jean devraient permettre d’éviter que ne se reproduisent des refoulements d’égout comme l’été dernier.

« On retrouve dans ces rues des conduites d’eau importantes de Roberval. Il faut se rappeler qu’à l’époque, Saint-Jean était une artère principale avant que le boulevard Marcotte existe. Il y a donc une configuration de l’aqueduc et des égouts qui convergent sous ces rues. »

Les travaux évalués à 3,9 M$ visent notamment à corriger cette problématique. En plus de refaire les infrastructures, les rues seront reconfigurées afin de les rendre moins larges, passant de 15 mètres à 9 mètres.

« Les gens vont gagner du terrain, ce qui n’est pas négligeable. »

Le maire espère que les travaux pourront débuter dès que le contrat sera donné. Les appels d’offres devraient être lancés cette semaine.

Vitesse boulevard de l’Anse

Le ministère des Transports refuse de réduire la vitesse à 70 km/h partout sur la portion quatre voie du boulevard de l’Anse.

Une décision difficile à avaler pour le conseil municipal et les citoyens du secteur.

« On est déçu, mais on ne peut rien faire. Au moins, le MTQ a rencontré les citoyens qui représentaient les 118 signataires d’une pétition pour leur expliquer leurs arguments. »

« Nous ne sommes pas du même avis que le MTQ qui se base sur différents paramètres dont le fait qu’il n’y a pas eu d’accident et que ce n’est pas jugé dangereux. Pourtant, les fonctionnaires ne permettent pas une traverse de motoneige en face du Saint-Hubert, car ils jugent que ça serait dangereux. »

Les citoyens entendent trouver de nouveaux arguments et tenter de faire renverser la décision.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires