Saint-Félicien s’oppose au déversement dans l’Ashuapmushuan

Photo de Louis Potvin
Par Louis Potvin
Saint-Félicien s’oppose au déversement dans l’Ashuapmushuan

Saint-Félicien s’oppose à ce que les eaux de procédé de l’usine de pâte de Produits forestiers Résolu soient déversées dans la rivière Ashuapmushuan plutôt que dans le lac Saint-Jean, à l’embouchure de la rivière Mistassini.

La Ville a réagi ainsi à la suite d’une présentation et d’un communiqué émis par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) qui évalue la solution optimale pour déverser les eaux usées puisque la conduite de 14 km est à bout d’âge et devrait être changée.

« Il n’y avait pas acceptabilité sociale en 1977 pour déverser dans l’Ashuapmushuan, il n’y en a pas plus aujourd’hui. Nous allons adopter une résolution en ce sens lors de la prochaine séance du conseil », a déclaré le maire Luc Gibbons.

C’est le conseiller Gervais Laprise qui a amené le sujet lors de la séance du conseil. De plus, à la période de questions, le président de Riverain 2000, Laurent-Paul Chartier, a fait part de son inquiétude et de celles de tous les riverains qu’il représente.

La rivière Ashuapmushuan revêt une importance capitale dans la reproduction de la ouananiche alors que 60% de la fraie s’effectue dans ce cours d’eau.

La Corporation LACtivité pêche devrait s’y opposer aussi. Elle fera connaître sa position prochainement.

Pas une option

Pour Produits forestiers Résolu, pas question de déverser dans l’Ashuapmushuan.

« Ce n’est pas une option pour nous. Il n’y a pas d’acceptabilité sociale et ça ne changera pas. Le ministère doit prendre ses responsabilités et s’assurer que la conduite fonctionne comme l’entente le prévoit », a déclaré le porte-parole de Résolu, Karl Blackburn.

Le ministère a rencontré à l’automne la direction de Résolu pour lui expliquer sa démarche. Le scénario envisagé d’un possible déversement afin d’éviter de refaire la conduite a été balayé de la main.

« Depuis que des réparations ont été effectuées, nous avons beaucoup moins de problèmes avec nos rejets. C’est le meilleur scénario. »

Investissements de 40M$

Selon des chiffres qui ont circulé auprès d’élus, changer la conduite pourrait couter jusqu’ à 40 M$. Des chiffres qui n’ont pas été confirmés par le ministère.

« Cette conduite a été mise à la disposition de l’usine PFR (auparavant la compagnie Donohue) en 1978 pour le rejet de ses effluents. Les coûts associés à l’entretien de cette conduite par le MELCC ne cessent d’augmenter en raison de la vétusté de l’infrastructure », lit-on dans un communiqué.

Le ministère va faire l’évaluation des coûts de remplacement de la conduite et des analyses complémentaires seront réalisées pour évaluer l’impact d’un rejet permanent des effluents traités dans la rivière Ashuapmushuan.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des