Tanguay et Bonneau décroche le contrat à Place de la Traversée

Photo de Louis Potvin
Par Louis Potvin
Tanguay et Bonneau décroche le contrat à Place de la Traversée

C’est l’entreprise robervaloise Tanguay et Bonneau qui a décroché le contrat de réfection extérieure de Place de la Traversée.

La soumission qui s’élève à 606 630 $ est inférieure à la prévision faite par la municipalité.

« C’est en deçà de l’analyse budgétaire et on s’en réjouit. On est surtout satisfait que ce soit une entreprise de chez nous qui ait obtenu le contrat », a commenté le maire Sabin Côté.

Tanguay et Bonneau a déposé la soumission la plus basse parmi les sept entreprises qui l’ont fait.

Les travaux ont débuté la semaine dernière et devraient être exécutés avant la tenue de la prochaine édition de la Traversée internationale du lac Saint-Jean à la nage. Une pause est prévue durant la période hivernale.

Pas de subvention

La Ville de Roberval a décidé d’aller de l’avant avec ces travaux même si elle n’a pas obtenu de subvention. L’état du bâtiment et les dommages causés par l’infiltration d’eau nécessitaient des interventions rapides.

C’est dans cette optique que la municipalité a réalisé un règlement d’emprunt de près de 1,3 M$ afin d’avoir la marge de manœuvre nécessaire en cas de surprise.

Des expertises ont été faites à quelques endroits pour évaluer l’ampleur des dégâts dans la structure.

Pour l’instant, ce premier contrat vise à la réfection extérieure et l’isolation du bâtiment. Un autre contrat pourrait être donné pour réaliser des travaux à l’intérieur, notamment concernant la climatisation et le chauffage.

Boulevard de l’Anse

La Ville tente pour une 4e fois de se qualifier pour obtenir une subvention afin de refaire le réseau d’aqueduc dans l’Anse de Roberval, du Ferlac jusqu’au chemin Harry-Gagnon.

Les travaux sont évalués à 5 M$ et une subvention couvrant 80% des coûts pourrait être accordée à la municipalité par l’entremise du nouveau programme nommé FIMEAU.

La municipalité avait soumis, il y a quelques mois, une demande au gouvernement afin que les travaux puissent se faire en même temps que ceux de l’aménagement d’une conduite de traitement des eaux usées du Village historique de Val-Jalbert, afin de sauver des coûts, mais aucun programme n’était adapté à l’époque.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des