Une année positive malgré tout au Zoo Sauvage de Saint-Félicien

Photo de helene_gagnon
Par helene_gagnon
Une année positive malgré tout au Zoo Sauvage de Saint-Félicien
<![CDATA[

Le maire de Saint-Félicien]]>

<![CDATA[

Lors de son assemblée générale annuelle, les administrateurs du Zoo Sauvage de Saint-Félicien ont tracé un bilan fort positif de la dernière année, et ce, malgré l’embâcle qui avait ravagé un grand secteur et une diminution des visiteurs.

« L’année 2012 aura amené avec elle son lot de rebondissements. Malgré une année plus difficile sur le plan de l’achalandage, le Zoo sauvage a tout de même pu confirmer sa place comme produit d’appel touristique majeur pour la région et pour le Québec tout entier », mentionne le président du Centre de conservation de la biodiversité boréale (CCBB), Réjean Lavoie.

Tout au long de l’année, 170 948 visiteurs ont été accueillis, ce qui a permis de dégager un bénéfice net de 588 156 $ sur un chiffre d’affaires de 5 681 903 $.

Comme le mentionne M. Lavoie, l’embâcle n’a en aucun cas affecté la saison touristique du Zoo Sauvage : « Le courage et la détermination des employés présents ont permis de limiter l’impact négatif de ce drame, souligne-t-il. Un peu plus de deux mois ont suffi pour rebâtir le site et nettoyer le terrain. Cette rapidité d’action nous a permis d’ouvrir la saison touristique dans les dates habituelles. »

Une diminution qui n’inquiète pas

La diminution des fréquentations de 6,38 %, comparativement à 2011, n’inquiète pas la directrice générale. Lauraine Gagnon : « Cette seconde année de baisse survient après que le Zoo ait enregistré des sommets de fréquentation. On constate donc aujourd’hui un retour aux achalandages dits réguliers », explique-t-elle.

Lors de la dernière saison estivale, un sondage a été effectué auprès de 915 visiteurs afin de permettre aux administrateurs de dégager plusieurs constats qui leur permettront d’ajuster la stratégie marketing. Parmi les faits saillants de ce sondage, un visiteur sur deux (50 %) vient dans la région spécifiquement pour venir au Zoo Sauvage. Près de 76% des Québécois connaissent le Zoo de réputation.

]]>

Partager cet article