Une première fin de semaine réussie pour la Traversée

Photo de dhudon
Par dhudon
Une première fin de semaine réussie pour la Traversée
(Photo : tirée de Facebook)

Une première fin de semaine d’activités réussie pour la Traversée internationale du lac Saint-Jean en cette année de pandémie. Hormis la pluie qui a forcé l’organisation à annuler hier (dimanche) la vente de garage au profit de la Société Saint-Vincent de Paul, la programmation dans son ensemble a été respectée.

« Oui, on peut dire que ç’a bien été. Les jeunes nageurs ont beaucoup apprécié de pouvoir nager enfin en eau libre, la seule compétition provinciale à se tenir cette année. Nous avons eu une centaine de nageuses et nageurs pour les épreuves de 1, 2 et 5 km Uniprix. C’est la moitié de ce qu’on a habituellement, mais avec la pandémie et les règles sanitaires, c’est une belle participation », estime Pierre Pelletier, codirecteur des compétitions.

Les spectacles de Véronica et Sara Dufour ont attiré près de 800 personnes sur la Place de la Traversée.

Spectacles

Les festivités se poursuivent cette semaine, notamment avec le Souper dans MA rue mercredi. Pandémie oblige, ce sont les familles d’une même rue qui organisent un souper, par groupes d’une vingtaine de personnes (bulles familiales).

Jeudi en soirée, place aux spectaclex de Mike Paul et de Samian, sur la scène Desjardins. Vendredi, ce sera au tour de Rockoverdouze et Gab Bouchard et enfin samedi Vie de quartier et Fred Fortin.

Quant à la 67e traversée du lac Saint-Jean, seulement trois nageurs sont inscrits à l’épreuve en cette année de pandémie. Il n’était pas possible d’accueillir des athlètes à l’international.

On retrouvera donc à la ligne de départ au quai de Péribonka samedi matin deux nageurs québécois et un nageur originaire de France, mais qui étudie à l’UQAC.

« On voit que les gens sont heureux du retour de la Traversée, même si la programmation est de beaucoup réduite à cause de la pandémie. Les gens nous démontrent leur reconnaissance et c’est très motivant pour les bénévoles », conclut Pierre Pelletier.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *