Samedi, 20 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 32 s

Délocalisation des fonctionnaires : Nancy Guillemette veut en attirer dans la circonscription

Janick Émond
Le 02 septembre 2021 — Modifié à 15 h 21 min le 02 septembre 2021
Par Janick Émond - Journaliste

La députée Nancy Guillemette travaille pour qu’une partie des 5 000 emplois de la fonction publique qui pourraient être délocalisés se retrouve dans la circonscription de Roberval.

Cette promesse de la CAQ ne s’est pas encore cristallisée à un an de la prochaine élection. Ce qui n’empêche pas la députée Nancy Guillemette de vanter les avantages de vivre au Lac-Saint-Jean.

« Le premier ministre l’a constaté quand il est venu dans la circonscription. Il a pu voir la beauté du lac Saint-Jean et voir aussi tous les avantages de vivre dans notre coin de pays. Avec la pandémie, on a vu les avantages du télétravail, je considère qu’il sera plus facile de convaincre des gens de venir travailler ici », a-t-elle déclaré.

En novembre 2020, le Journal de Québec rapportait que 300 fonctionnaires avaient été délocalisés. Depuis plusieurs années, des élus locaux réclament que le ministère des Forêts soit déménagé dans la région pour se rapprocher de la réalité forestière.

Rappelons que l’implantation du Bureau du Forestier en chef à Roberval en 2005, à l’initiative du député de l’époque Karl Blackburn, n’a jamais rempli ses promesses d’emplois.

Les temps ont changé selon Nancy Guillemette et elle croit que certaines personnes vivant dans les grandes villes voudront s’établir dans la circonscription pour profiter de tous les avantages.

Services de santé

Aussi, Nancy Guillemette se dit préoccupé par la baisse de services de proximité offerts à Saint-Félicien et les bris de services à l’hôpital de Dolbeau-Mistassini.

« C’est certain que le CIUSSS doit composer avec un manque de main-d’œuvre. Par contre, j’ai fait part de mes préoccupations à la PDG du CIUSSS pour que le retour à la normale se fasse le plus rapidement possible. Il faut aussi un meilleur déploiement des soins de santé partout sur le territoire », mentionne-t-elle.

Rappelons que plusieurs services courants comme les prélèvements sanguins et les changements de pansements ne se font plus au CLSC de Saint-Félicien.

Du côté de l’hôpital de Dolbeau-Mistassini, ce sont les départements d’obstétrique et d’oncologie qui ont dû fermer à quelques reprises faute de personnel. Même les soins de longue durée ont été affectés.

« Il faut voir avec le cégep de Saint-Félicien s’il ne serait pas possible de former plus d’infirmières, mais ça demeure une démarche qui ne règlera pas la problématique à court terme. »

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES