Un bref retour pour Justin St-Pierre

Un bref retour pour Justin St-Pierre

Justin St-Pierre offre bénévolement de son temps aux associations de hockey mineur, quand il revient dans la région pour arbitrer une partie.

Crédit photo : (Photo Trium Médias – Hélène Gagnon)

Abritre dans la Ligne Nationale de Hockey depuis 15 ans, Justin St-Pierre a fait un saut dans son patelin, pendant la pause du match des étoiles.

Dans le bureau du 38e Tournoi provincial Pee-Wee/Bantam de Saint-Félicien, on l’accueille comme un ami que l’on a quitté la veille.
L’homme, natif d’Albanel, est demeuré terre-à-terre en dépit de sa notoriété. Avec son côté jovial et ses nombreuses histoires de hockey, on dirait que St-Pierre n’a jamais mis un pied en dehors de la région.

Donner du temps

Il a profité de son passage pour arbitrer quelques parties de hockey mineur, à Dolbeau-Mistassini et à Saint-Félicien.
«J’aime donner de mon temps, toutes les fois que je viens au Lac. Ma région m’a donné beaucoup, alors c’est ma façon de rendre un peu de ce que j’ai reçu. C’est agréable d’être sur la glace et de voir à l’œuvre ces jeunes.»

Début des années 80, Justin St-Pierre avait participé à ce même tournoi, soulignant au passage qu’avec son équipe, Les Requins de Normandin, il avait décroché la victoire.

«J’ai de bons souvenirs des tournois. En participant comme arbitre maintenant, je pense que je vais créer des souvenirs tout aussi marquants, pour plusieurs jeunes hockeyeurs.»

La partie entre Les Cobras de LaSalle-Westmount et Les Hurricanes de Mashteuiatsh a été sous la supervision de l’arbitre numéro 12 de la LNH.

Le sport a changé

Alors que certains arbitres évoluent depuis 30 ans dans la LNH, Justin St-Pierre mentionne que les carrières s’écourtent.
«Les joueurs sont de plus en plus rapides. Ils patinent de plus en plus vite. Le sport évolue, c’est complètement fou. Nous, les arbitres, on doit suivre cette cadence.»

D’anciens joueurs décrochent également des postes d’arbitres dans la LNH.

«De mon côté, je souhaitais être joueur, mais je me suis rendu compte que je n’avais pas le gabarit pour faire la ligue. L’arbitrage était donc pour moi un bon plan B. C’en est un aussi pour plusieurs joueurs qui aspiraient à faire carrière. Ils ont l’avantage de connaître la game.»

Rester soi-même

Alors qu’on associe souvent les arbitres à des figures d’autorité, St-Pierre affirme avoir toujours désiré conserver son côté amical.
«On m’a demandé, à mes débuts comme arbitre, de changer ma personnalité, mais c’était impossible. On doit faire respecter le règlement, mais nous ne sommes pas dans l’obligation de changer notre personnalité pour cela.»

Jean Rodrigue, président du tournoi Pee-Wee/Bantam de Saint-Félicien, était très heureux d’accueillir Justin St-Pierre.