Comme dans une tempête

Comme dans une tempête

Annabelle est actuellement en rémission d’une leucémie. Dans cette épreuve elle est entourée de ses parents Simon et Caroline Bouchard. (Photo Trium Médias – Hélène Gagnon)

Le 1er mai 2017, la famille d’Annabelle Bouchard a été frappée de plein fouet par une vague. C’est le terme qu’utilise son père, pour décrire la mouvance qui s’installe quand le diagnostic de cancer arrive.

«Le monde ne s’arrête pas, il se met à aller très vite! C’est une vague et une autre et encore une autre. On se sent pris dans une tempête. Comme parents, c’est une nouvelle qui nous assomme», lance le père d’Annabelle, Simon Bouchard.

Annabelle a quatre ans et demi, bien que timide devant la présence de notre journaliste, sa mère, Caroline Bouchard, la décrit comme une enfant enjouée, pleine de vie et positive.

«Annabelle est en rémission de sa leucémie lymphoblastique aiguë, de type B. Quand nous avons découvert cette leucémie, Annabelle n’avait plus de globules rouges, ni de globules blancs et plus de plaquettes. Tout ce qui restait c’était des globules malades.»

Malgré la rémission, les traitements de chimiothérapie d’Annabelle se poursuivent jusqu’en juin 2019.

«La vague est moins rude, mais on ne sent sors jamais complètement. Toute notre vie, nos agendas sont gérés par la maladie», explique M. Bouchard.

Routine

Les traitements font partie de la vie d’Annabelle. Bien que toute petite, sans tout comprendre, elle en connait déjà beaucoup.

«Je ne pense pas qu’elle soit pleinement consciente de sa maladie. Elle ne réalise pas les impacts. Par contre, elle connait le processus médical. Elle gère ses médicaments. Elle veut savoir si elle doit aller à l’hôpital. Elle sait si ses injections seront dans sa cuisse, ou son port-à-cath. Pour elle, c’est devenu une routine.»

Pour les parents, le détachement d’Annabelle face à la maladie représente un baume sur cette vague.

Soutien

Dans le cadre du Défi des Têtes Rasées Leucan, qui aura lieu le 9 septembre, au Carrefour Jeannois de Roberval, la famille d’Annabelle est porte-parole.

Caroline Bouchard souligne que Leucan a fait toute la différence, et ce, dès l’annonce du diagnostic, jusqu’à la fin des traitements.

«Leucan nous attrape alors que nous sommes en chute libre. C’est un filet de sécurité pour nous, car du jour au lendemain notre quotidien bascule. L’organisme nous comprend et nous appuie.»

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
LiseLouise Lafontaine Recent comment authors
  S'abonner  
Me notifier des
Louise Lafontaine
Invité
Louise Lafontaine

Nous sommes de la famille,nous sommes loin mais vous êtes beaucoup dans nos pensées.xxxx

Lise
Invité
Lise

Bon courage a vous 3 et merci a tout les gens qui vous donne du support