Bertrand Paradis mène toujours la même lutte

Photo de helene_gagnon
Par helene_gagnon
Bertrand Paradis mène toujours la même lutte

<![CDATA[

La Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) a donné raison à Bertrand Paradis et a confirmé, qu’à la suite de sa rechute en juin 2004 et au dernier rapport médical du médecin traitant, il est inapte au travail. La CSST a ainsi accepté de lui verser une indemnité jusqu’à l’âge de 68 ans.

Depuis 2001, Bertrand Paradis n’a pas cessé de croire en sa cause. M. Paradis parcourt la région avec son camion et ses affiches. « Je ne fais pas cela seulement pour moi, mais aussi pour tous ceux qui ne parlent pas, pour nos petits-enfants et pour les générations futures », souligne-t-il. Saint-Félicien et Chicoutimi sont les deux premières villes où Bertrand Paradis a fait escale.

Dans les prochaines semaines, il désire étendre sa mission au reste du Québec. « Je souhaite me rendre à Québec, Montréal et Sherbrooke pour faire entendre ma voix. Il doit y avoir du changement dans le système et je tiens à le démontrer d’une manière pacifique », mentionne-t-il.

Par ses actions, il veut que justice lui soit rendue. «Je veux que le rapport reconnaisse le vrai pourcentage de mes séquelles », dénonce celui qui a déposé jusqu’à maintenant 25 contestations.

Rappelons qu’en décembre 2001, le camionneur forestier, Bertrand Paradis s’est retrouvé en arrêt de travail après avoir chuté de son camion. Jusqu’en 2004 celui-ci avoue ne jamais avoir eu de problème avec la CSST. Maintenant, celui qui s’est enchaîné trois fois aux bureaux de la CSST espère que ses actions lui permettront d’obtenir gain de cause.

]]>

Partager cet article