Les Ursulines laissent un héritage indélébile à Roberval

Par Daniel Migneault

<![CDATA[

C’est une page d’histoire qui prend fin après 129 ans à Roberval. Les Sœurs Ursulines quitteront bientôt la ville au bord du lac vers de nouveaux cieux. C’est avec philosophie qu’elles entreprendront bientôt une nouvelle étape de leur cheminement personnel et spirituel.

Les forces ont diminué au fil des années, si bien qu’il ne reste que 10 Ursulines à Roberval. Plusieurs d’entre elles ont besoin de soins particuliers; d’autres encore ont des difficultés à se déplacer. Certaines Sœurs s’installeront à Trois-Rivières, d’autres à Québec et quelques-unes à Magog.

« Il y a des évidences qu’on ne peut pas nier. C’est un peu comme la majorité des gens. Lorsque la maison est devenue trop grande ou encore qu’il n’est plus possible de recevoir les soins appropriés, c’est raisonnable de dire qu’il faut quitter. C’était un choix et non une obligation », mentionne Sr Ninon Routhier avec résilience.

Sr Ninon Routhier s’inspire beaucoup de l’histoire de la présence des Ursulines au Québec dans son cheminement. Les sœurs sont arrivées à Roberval en 1882, il y a 129 ans.

« Les Ursulines étaient de véritables pionnières. Mère Saint-Raphaël était une femme entreprenante qui avait beaucoup de talent. Elles ont défriché le territoire, elles ont défriché la vie. Elles ont été des bouées de sauvetage pour bien des familles qui avaient peu de moyens. Elles ont cultivé et enseigné », explique Sr Ninon Routhier.

Héritage

Les Sœurs Ursulines laisseront un héritage important à Roberval : « Je crois que nous conserverons un espace dans le cœur des gens. Les Ursulines ont été une source d’inspiration. Nous avons aidé tellement de personnes. La communauté en a fait tellement avec tellement peu de moyens », insiste Sr Routhier.

Les obstacles ont été nombreux au fil de leur histoire. Il y a en a qui ont disparu dans certains incendies, notamment en 1897 et en 2002. Sr Ninon Routhier est d’ailleurs philosophe face à cet incident malheureux : « C’est un événement qui dépouille. Toutefois, il reste des vestiges comme l’école normale et le Jardin des Ursulines. C’est un endroit accessible à toute la population qui est porté à bout de bras par des bénévoles. Ils s’inscrivent dans la lignée des Ursulines », soutient Sr Ninon Routhier.

« J’espère que les gens se souviendront des valeurs humaines que nous avons voulu transmettre. Il faut toutefois qu’ils les découvrent par eux-mêmes », conclut-elle.

Des hommages seront rendus au cours des prochaines semaines aux Ursulines. Dimanche le 14 août, un brunch aura lieu au Jardin des Ursulines en présence de plusieurs dignitaires. Une cérémonie spéciale est prévue en l’église Notre-Dame de Roberval dimanche le 4 septembre en présence de l’évêque du Diocèse de Chicoutimi, Mgr André Rivest.

]]>

Partager cet article