Un moment d’échange entre les Nations à la Cité étudiante de Roberval

Par chantalepotvin
Un moment d’échange entre les Nations à la Cité étudiante de Roberval

<![CDATA[

Deux élèves de 5e secondaire de la Cité étudiante de Roberval, soit Mikonis Awashish et Josée-Ann Langlais, ont organisé la deuxième édition de la Journée interculturelle qui valorise la culture des Premières Nations, qui a été couronnée de succès.

Dans le cadre de leur cours, Projet intégrateur, donné par Dany Pilote, les deux jeunes filles s’activent depuis novembre 2009 pour la réussite de cet événement. « Nous avons dû organiser un projet. C’est notre professeur qui nous a suggéré de relancer la 2e édition. Sans trop hésiter, nous avons choisi de faire revivre la Journée interculturelle qui a eu lieu il y a deux ans, ici, à la Cité étudiante et qui avait été appréciée. Elle avait été préparée par un comité d’enseignants », a expliqué Josée-Ann Langlais.

Il y a deux ans, cette journée avait été pensée pour mettre la culture autochtone à l’honneur. Aussi, une enseignante de français avait demandé à 400 élèves d’écrire le mot Mashteuiatsh sur un bout de papier. Fait déprimant : seulement sept élèves étaient parvenus à écrire le mot correctement même si la communauté est limitrophe à la Ville de Roberval. « On ne le dira jamais assez, la culture autochtone est méconnue. Les gens visitent peu la communauté de Mashteuiatsh et il est temps que les choses changent. C’est par des gestes comme la journée d’aujourd’hui que les préjugés tomberont. Et il est aussi temps que les portes de la connaissance s’ouvrent », a lancé Mikonis Awashish, sur la scène, en guise de mot de bienvenue.

Diverses activités

Les élèves de toute l’école ont visité des kiosques et ont pu discuter avec le conférencier Clifford Moar et des gens de Mashteuiatsh qui présentaient une partie de la culture amérindienne. Certains faisaient de l’artisanat, d’autres permettaient aux jeunes de goûter des tisanes. Sur l’heure du midi, castor, orignal et oie blanche pouvaient être dégustés. Les plats sont ressortis vides de la cafétéria! « J’étais surprise, je ne croyais pas que les plus jeunes allaient être aussi impressionnées. Je croyais qu’ils allaient même être indisciplinés dans l’auditorium. Mais non! Ils ont beaucoup aimé la conférence et entendre parler innu. Le kiosque du Parc sacré où on a fait déguster des tisanes a été l’un des préférés », a commenté Josée-Ann Langlais.

Pendant toute la journée, les jeunes ont entendu parler d’art, de spiritualité, d’histoire, d’alimentation, de tourisme…

En ce qui a trait à l’organisation, les deux étudiantes déplorent le manque de temps : « Nous avons dû empiéter sur d’autres travaux. Il aurait fallu davantage de temps compte tenu de l’ampleur du projet. Toutefois, nous sommes vraiment très fières », a renchéri Mikonis Awashish. « Pour ma part, je suis très satisfait, c’est une belle réussite. Ces jeunes femmes se sont beaucoup épanouies dans ce projet. Je retiens le manque de temps, mais j’insiste pour dire que cette Journée interculturelle avec les Autochtones est très intéressante et devrait être organisée ailleurs au Québec, surtout dans les écoles qui situées près des communautés », a exprimé Dany Pilote. « Je conseille à d’autres élèves de faire ce projet valorisant l’an prochain. C’est vraiment ce que je voudrais dire pour conclure», a terminé Mikonis Awashish.

]]>

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des