Déconfinement progressif Saint-Prime a hâte d’être fixé

Louis Potvin, journaliste de l'Initiative locale de journalisme
Déconfinement progressif Saint-Prime a hâte d’être fixé

Saint-Prime oscille entre l’incertitude entourant les activités à tenir cet été et l’attention à porter aux investissements dans les infrastructures dans cette période de déconfinement progressif.

« Il y a encore beaucoup d’incertitude sur les services qui seront offerts cet été dans la municipalité. On attend les consignes du gouvernement. Par contre, nous allons réaliser les investissements que nous avions planifiés, ils ne seront pas retardés », a indiqué le maire, Lucien Boivin.

L’un des plus gros projets est la mise en place d’une usine de déphosphatation des eaux usées au coût de 2,6 M$. La municipalité ne paye que 10% de la facture pour répondre aux exigences du gouvernement concernant le taux de phosphate qui se retrouve dans les eaux usées.

Aussi, l’amélioration des conduites d’aqueduc et d’égout se réalisera cet été sur une partie de la route régionale à la sortie sud de la municipalité.

La municipalité va également en profiter pour réaliser de l’asphaltage et le prolongement d’une rue pour le développement de terrains résidentiels.

Incertitude

Le maire Boivin a hâte d’être fixé sur les mesures à prendre pour ouvrir certains services de la localité cet été.

« Notre plage municipale est très achalandée et représente un attrait touristique. Est-ce que ça sera possible de la fréquenter? Si oui, de quelle manière ? Est-ce que la marina sera accessible? »

Son questionnement se porte aussi sur la possibilité d’offrir des camps de jour et permettre aux jeunes de jouer au soccer.

En raison de ces incertitudes, la municipalité a décidé de retarder l’embauche d’une ressource en loisir.

Par ailleurs, des efforts seront mis pour embellir davantage la localité. Saint-Prime est reconnue pour son embellissement estival. Les citoyens sont aussi invités à contribuer.  « Les gens vont avoir besoin de ça, encore plus. Nous sommes fiers à Saint-Prime et on veut que ça se reflète partout avec des aménagements fleuris. »

Vieillard

Le maire Boivin a eu de la difficulté à accepter qu’il devait rester confiné à la maison alors qu’il a eu 70 ans au début de la pandémie.

« Je devais avoir une grande fête pour souligner mon anniversaire et nous avons dû l’annuler en raison du confinement. Du jour au lendemain, je suis devenu un vieillard », lance-t-il en riant.

Il a trouvé la situation difficile puisqu’il n’a pas été simple de continuer à diriger la municipalité en restant à la maison.

« Je suis allé quelques fois à la municipalité, mais j’étais seul dans le bâtiment. On a fini par s’habituer et trouver une méthode de travail qui a permis de faire avancer les dossiers. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des