Sonia Robertson se sert de l’art-thérapie

Denis Hudon
Sonia Robertson se sert de l’art-thérapie
Artiste multidisciplinaire de Mashteuiatsh, Sonia Robertson détient une maîtrise en art-thérapie, parmi ses nombreux diplômes. (Photo : courtoisie)

L’expression par l’art chez les Premières Nations remonte à la nuit des temps. Artiste multidisciplinaire, Sonia Robertson a découvert au fil de son cheminement personnel et professionnel les bienfaits de l’art-thérapie.

« L’art-thérapie est comme un aboutissement, un incontournable. J’ai besoin d’aider les gens et pour moi l’art est un outil de survie, un moyen de guérison », dit Sonia Robertson qui a obtenu un diplôme de maîtrise pour cette pratique.

Sonia Robertson donne des ateliers d’art-thérapie où la personne est invitée à exprimer sa créativité et à traduire son langage créatif en pistes d’exploration significatives et en prise de conscience personnelle. C’est l’expression de pensées et de sentiments tant par l’image que par les mots.

« Certaines de mes élèves m’ont dit à la suite de mes ateliers qu’elles récoltaient chaque jour encore des retombées. Elles me disent avoir plus progressé en une fin de semaine qu’en deux ans de psychothérapie. D’autres me disent avoir compris des problématiques et blessures enfouies grâce à l’art ».

Une image vaut mille mots

L’art-thérapie se définit comme une démarche d’accompagnement thérapeutique qui utilise les matériaux artistiques, le processus créatif, l’image et le dialogue. Il vise l’expression de soi, la conscience de soi.

En groupes, Sonia Robertson travaille surtout avec des femmes et des ados. Mais elle reçoit aussi des groupes plus jeunes et aussi des groupes d’hommes.

« L’imaginaire a toujours été présent chez les Premières Nations. L’art est aussi un mode d’expression qui permet de se connecter avec l’imaginaire, de se rapprocher de notre être intérieur », poursuit Sonia Robertson.

L’art-thérapie a aussi l’avantage d’être accessible à toutes et à tous. Pas besoin d’une expérience en art puisque l’art-thérapie mise davantage sur le processus créatif pour sa portée thérapeutique que pour sa valeur artistique.

Les ateliers s’adressent aux personnes qui ont des besoins ou vivent des problématiques, comme par exemple, l’anxiété, l’abus, la connaissance de soi, le deuil, la dépendance, la dépression, les difficultés émotionnelles ou relationnelles et l’isolement.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires