De Saint-Étienne à Grand-Sault au Nouveau-Brunswick

De Saint-Étienne à Grand-Sault au Nouveau-Brunswick

La vie de hockeyeur réserve parfois des surprises et le parcours de Jean-Simon Bélanger de Saint-Félicien n’est pas banal.

Et n’allez pas croire que le Félicinois d’origine est en punition pour se retrouver si loin de son Lac-Saint-Jean natal! Le hockeyeur de 22 ans a lui-même choisi sa destination et son équipe. Il évolue dans la Ligue de hockey junior des Maritimes avec les Rapides de Grand-Sault. Et il file le parfait bonheur.

« Je me sens vraiment bien ici, avec l’équipe, et j’aime aussi cette ville francophone », répond Jean-Simon Bélanger.

Celui-ci a joué tout son hockey mineur à Saint-Félicien avant d’atteindre le calibre élite avec les Espoirs midget AAA à sa première année et les Élites de Jonquière à sa deuxième année. Il a été un choix de 6e ronde des Saguenéens, a joué avec le Drakkar de Baie-Comeau dans la LHJMQ et dans le junior A à Calgary. Ensuite, il choisit Woodstock dans la Ligue de hockey des Maritimes pour déménager cette année à Grand-Sault.

Retrouver son entraîneur

Ayant joué une partie de la saison dernière avec les Slammers de Woodstock alors que Sandy McCarthy était entraineur-adjoint et qu’il avait bien aimé travailler avec lui, Jean-Simon Bélanger n’a pas hésité à lui envoyer un courriel.

« Quand j’ai appris qu’il avait été nommé entraîneur-chef lors du déménagement de l’équipe à Grand-Sault avec les Rapides, je lui ai dit que j’aimerais bien jouer sous ses ordres. Il m’a invité à joindre les rangs. »

Seul Québécois au sein de la formation, Jean-Simon Bélanger joue avec beaucoup d’aplomb. Il est le meilleur pointeur de son équipe avec 26 points en 19 parties. Il figure au dixième rang du circuit. Et ce, même si son équipe a éprouvé beaucoup de difficultés avec une série de plusieurs défaites.

« Mon coach me fait joueur beaucoup de minutes, ça aide énormément pour la confiance et à inscrire des points. On perdait souvent par un ou deux buts, mais ça s’est replacé depuis », dit-il dans son humilité légendaire.

C’est sa dernière année junior et il ignore encore pour le moment s’il continuera à pratiquer son sport favori.

« Je pourrais me joindre à une ligue de garage ou peut-être aller dans le senior. Il y a une équipe à Dolbeau-Mistassini, et puis c’est dans mon coin. »

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des