Les derniers Jeux olympiques de Marianne

Les derniers Jeux olympiques de Marianne

Les 10 semaines d’entraînement intensives, avant les Jeux, permettront à Marianne de faire des gains importants.

Crédit photo : Photo BIRTZ Photographie

La triple médaillée olympique, Marianne St-Gelais, s’apprête à vivre ses derniers Jeux olympiques.

C’est de manière très positive, que la patineuse de Saint-Félicien, entame ce dernier virage, qu’elle ne veut pas empreint de nostalgie.

«Je n’ai pas envie de percevoir les Jeux de Pyeonchang comme un événement négatif et trop émotif. Je veux les voir comme les jeux de la dernière chance. Je veux tout faire pour ne pas avoir de regrets. Je ne veux pas me laisser m’emporter par la nostalgie.»

Malgré des sentiments partagés, Marianne St-Gelais est très heureuse du chemin réalisé et de sa participation à trois Jeux olympiques.

«Combien de gens sur la Terre font ce souhait, y accèdent et en reviennent avec une médaille?»

Prête

Actuellement, Marianne s’entraîne six jours par semaine. Elle avait, comme objectif, de se dépasser sur le point de vue tactique et technique.

«Nous vivons un bloc d’entraînement très intense. On travaille fort afin d’aller chercher tous les gains possibles et d’arriver en pleine forme.»

La championne olympique souligne que tout semble bien s’aligner pour elle.

«Après 10 ans sur le circuit, je sais que je vais avoir de fortes adversaires et il va certainement y avoir des surprises. Je parle par expérience!»

Après les Jeux

Marianne avoue ne pas ressentir une <@Ri>écoeurantite<@$p> aiguë du patin.

«Je vais m’en aller de mon sport, en ayant encore un peu soif. Je ne suis pas à bout. Je ne vais pas complètement me détacher. Il y a des aspects qui me tentent et d’autres qui me freinent. Je ne songe pas à être entraîneuse.»

Marianne St-Gelais sait qu’elle va prendre un temps de repos, afin de s’éloigner du sport, mais elle a la conviction qu’elle y reviendra d’une manière ou d’une autre…

«Je n’ai pas encore déterminé de quelle manière. Est-ce que ce sera par le biais d’une implication auprès des jeunes ou d’une toute autre manière? Je l’ignore, mais je ne serai pas loin!»

Sacrifices

Marianne St-Gelais est très attachée à sa région, particulièrement à Saint-Félicien. Par contre, la participation aux Olympiques a fait place à une tradition chez les St-Gelais-Hamelin.

«Le Noël, avant les Jeux olympiques, on reçoit chez nous. On ne peut pas se permettre de descendre au Lac. On n’a pas de congés d’entraînement.»

La patineuse de Saint-Félicien n’accrochera pas complètement ses patins.