Des questions sur l’augmentation du transport ferroviaire

Des questions sur l’augmentation du transport ferroviaire

Saint-Félicien et Roberval vont réfléchir aux conséquences de l’augmentation du transport ferroviaire en plein cœur des municipalités. (Photo Trium Médias – Louis Potvin)

Les élus de la ville de Saint-Félicien se disent préoccupés par l’augmentation du transport ferroviaire si le projet de Métaux BlackRock se concrétise, mais n’ont pas mesuré les impacts que cela pourrait engendrer.

«Nous sommes conscients que l’augmentation du nombre de wagons par jour aura des répercussions sur le bruit et les vibrations, mais c’est la MRC pour le moment qui pilote le dossier pour évaluer les conséquences sur l’ensemble du territoire», a répondu le maire Luc Gibbons à la suite de questions formulées par le journaliste de l’Étoile du Lac et d’un citoyen.

Métaux BlackRock privilégie le transport par train, ce qui aurait comme conséquence que trois convois de 65 wagons circuleraient chaque semaine en plein cœur de Saint-Félicien.

«Depuis quelque temps, il y a une augmentation du transport ferroviaire à Saint-Félicien. Je le sens dans ma maison, car les tremblements et les bruits sont plus fréquents. Évidemment, avec le projet de BlackRock ça va augmenter, je m’inquiète donc pour ma qualité de vie. Qu’est-ce que la ville entend faire», a questionné à son tour le citoyen Daniel Marie.

«C’est certain que nous allons suivre la situation de prêt et nous allons nous assurer que la sécurité des citoyens soit assurée et que les inconvénients soient les moins importants possibles pour permettre une bonne cohabitation. Il faut rappeler que le choix du rail convient mieux que le transport lourd», a mentionné le conseiller Gervais Laprise.

Compensations

À Roberval, le maire Sabin Côté se questionne aussi sur les répercussions que l’augmentation du transport pourrait occasionner dans sa localité. Surtout, il espère que le territoire va retirer des dividendes de ce projet.

«On ne veut pas juste regarder passer le train, il faut avoir aussi des retombées économiques. Des discussions sont en cours avec la compagnie pour mettre en place un centre d’entretien des wagons à Mashteuiatsh, Roberval, Chambord ou Saint-Félicien.»

D’ailleurs, le maire siège au comité de transport ferroviaire de l’Union des municipalités du Québec et l’aspect de la sécurité est au cœur des discussions.

«Dans le futur, le train va devenir un levier de développement économique, mais la croissance du transport doit se faire en assurant la sécurité de nos populations.»

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des