Fromageries artisanales : Une augmentation de prix à prévoir

Photo de Julien B. Gauthier - Journaliste de l’Initiative de journalisme local
Par Julien B. Gauthier - Journaliste de l’Initiative de journalisme local
Fromageries artisanales : Une augmentation de prix à prévoir
Le coût des matières premières nécessaires à la fabrication du fromage a augmenté dans les derniers mois. (Photo : Trium Médias - Archives)

Bien malgré eux, les fromagers artisanaux devront augmenter les prix en raison de la hausse du prix du lait, des intrants et des matières premières. Ces derniers ont toutefois bon espoir que la clientèle continue d’être au rendez-vous.

Il faut donc s’attendre à des augmentations allant de 8 % à 12 %, soit bien plus que les augmentations régulières de 2 % à 3 %. Selon Annie Bouchard de la Fromagerie Bouchard Artisan Bio, située à Saint-Félicien, la pandémie en est pour beaucoup. Les arrêts fréquents survenus dans la chaine d’approvisionnement continuent de se faire ressentir.

« Tout a augmenté. Les emballages, les ingrédients, les ferments, les produits de lavage, le chauffage… Au bout du compte, on n’a pas le choix d’augmenter les prix nous aussi. On est juste un élément dans la chaine. Les salaires n’augmentent pas et le pouvoir d’achat diminue », constate la copropriétaire de l’entreprise familiale.

Pénurie de matériel

Cependant, en plus du prix qui augmente, les fromagers doivent aussi composer avec des pénuries de matériel et des retards de livraison.

« Ce qu’il manque surtout au niveau de l’approvisionnement, ce sont les boîtes. Il faut les commander deux mois d’avance alors qu’avant, c’était trois semaines. De plus, les fournisseurs ne peuvent plus garantir les prix. Il peut y avoir des changements à la dernière minute », explique pour sa part Stéphane Tremblay, copropriétaire de la Fromagerie L’Autre Versant à Hébertville.

« Je dois me stocker davantage, surtout en boîtes. Les délais sont excessivement longs. Je dois en commander encore plus qu’à l’habitude », ajoute Annie Bouchard.

Adaptation?

Cette pénurie de matériel pourrait-elle forcer les producteurs de fromage à revoir leur manière de s’approvisionner?

« Ça nous fait se questionner sur comment on va changer nos façons de faire dans le futur, sur comment on va emballer les produits, quels emballages utiliser. Fera-t-on des achats groupés? », se questionne-t-elle.

Selon Stéphane Tremblay, ce n’est pas aussi facile qu’on peut le penser, car l’industrie repose sur de nombreuses importations. « Le papier d’emballage de fromage, les ferments à fromage, ce n’est pas fabriqué ici ».

Clientèle au rendez-vous?

« La clientèle est consciente de la situation. Elle s’y attend. Moi-même je suis client ailleurs, je reste fidèle même si les prix augmentent. On vit tous la même situation », ajoute Stéphane Tremblay.

« Ce sont des produits de niche. On a nos clients à nous qui sont fidèles. Ils achètent chez nous parce qu’ils aiment nos produits », conclut Annie Bouchard.

Partager cet article