Le maire de La Doré s’oppose à la vente de bois par Norbord

Photo de Louis Potvin
Par Louis Potvin
Le maire de La Doré s’oppose à la vente de bois par Norbord

Le maire de La Doré, Yanick Baillargeon, déplore que Norbord vende du bois de la région à une entreprise située en Estrie.

« Même s’ils ont le droit et que c’est du bois acheté aux producteurs privés, c’est du bois qui devrait être transformé en région et créer des emplois en région », critique-t-il.

Ce qu’il digère mal, c’est que sa municipalité a travaillé au cours des dernières années sur un projet d’usine de fabrication de composantes de palettes qui n’a pas vu le jour puisqu’elle n’a pas été en mesure d’obtenir une garantie d’approvisionnement forestier du gouvernement.

En effet, pour le bois provenant du privé, la compagnie a le droit de faire ce qu’elle veut, confirme le ministère de la Forêt et de la Faune. Cependant, le ministère analyse une demande de Norbord pour vendre du bois provenant de la forêt publique à l’usine de pâte de Résolu de Saint-Félicien.

« On nous a dit à l’époque qu’il n’y avait pas de bois de disponible et qu’il serait accordé pour la relance de Chambord. Je n’ai rien contre le projet et je souhaite qu’il se concrétise, mais là, l’ouverture est retardée parce qu’on attend que les marchés soient favorables. Est-ce que la réouverture va être repoussée encore plusieurs fois? »

Projet de 16 M$

Le projet d’une usine proposé par New Forest Industries prévoyait la transformation d’environ 300 000 mètres cubes de feuillu pour en faire du bois de palette pour fournir une entreprise de la région de Drummondville. L’usine aurait créé 25 emplois et généré des retombées économiques estimées à 26 M$.

« Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, on doit miser sur des projets de 25 emplois plutôt que de gros projets. Je crois que les deux projets auraient pu se faire. On prône toujours le bois à la bonne place. Alors, le bois qualité palette aurait été acheminé à l’usine de La Doré et celui qualité panneau à Chambord, mais ce n’est pas ce qui s’est passé », regrette-t-il.

Pour se concrétiser, l’usine de palettes aurait eu besoin d’une garantie d’approvisionnement de 205 000 mètres cubes. Rappelons que Norbord a obtenu pour sa part 419 200 mètres cubes. Le reste est acheté auprès du privé et aux enchères.

Résolution ?

Le maire Baillargeon veut apporter la question de cette vente de bois à la table de la MRC afin d’en discuter et de peut-être même adopter une résolution pour l’empêcher.

Norbord a expliqué qu’elle avait décidé de vendre le bois stocké dans la cour parce qu’il deviendra trop sec pour être transformé vu que le démarrage de l’usine est reporté en 2020.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des