Sylvain Leclaire de Roberval a de grandes ambitions

Denis Hudon
Sylvain Leclaire de Roberval a de grandes ambitions
Le mécanisme est à l’intérieur du dossier de la toilette avec son rouleau de plastique. (Photo : Trium Médias - Denis Hudon)

C’est dans l’épreuve que l’humanité se révèle parfois et de façon imprévisible. Pour Sylvain Leclaire de Roberval, la COVID-19 a été une source de grande inspiration pour l’éclosion de projets sanitaires, comme le siège de toilette automatisé.

Ce produit révolutionnaire n’est pas de lui, mais il l’a trouvé en Chine, à force de recherches intenses.

Propriétaire du P’tit bar, Sylvain Leclaire, qui vient de fonder sa compagnie Protek O Max, veut s’attaquer au vaste marché des lieux publics à titre de distributeur de la toilette automatisée.

« La fermeture de mon bar avec le confinement a fait mal. J’ai eu le temps de réfléchir et de développer mes idées pour des projets en réponse à la pandémie. La COVID-19 a accéléré ma réflexion », dit-il.

Lorsqu’il a soumis son idée d’un siège de toilette automatisée à son entourage, Sylvain Leclaire n’a récolté que du scepticisme. Il souhaitait trouver le bon produit pour répondre à la crise sanitaire, y voyant une opportunité pour les restaurateurs et bars notamment.

Le mécanisme du siège de toilette automatisé peut sembler compliqué, mais dans son utilisation, il est très simple.

Le siège est recouvert d’un plastique qui, grâce à l’énergie produite par une batterie rechargeable, est remplacé après chaque utilisation. Plus besoin de mettre du papier sur le siège, il suffit de passer sa main devant un senseur pour qu’une nouvelle pellicule plastique recouvre le siège.

Deux ans pour s’imposer

Sylvain Leclaire a conclu une entente avec le fabricant chinois. Il attend un premier arrivage d’une centaine d’exemplaires dès septembre.

« J’ai déjà trouvé une vingtaine de preneurs pour ce produit et ça continue. Il y a un marché énorme à conquérir, ici au Québec, mais aussi ailleurs au Canada », assure-t-il.

Il a d’ailleurs installé une de ces toilettes automatisées à son bar du boulevard Marcotte, juste pour la démonstration.

« Les gens sont curieux et veulent voir comment ça marche. Les clients sont impressionnés ».

Avec ses associés Pascale Taillefer, Claudie Pelletier et Pascal Parent, Sylvain Leclaire entrepose à partir de son petit bureau Protek O Max, situé à l’arrière du bar, une panoplie d’articles et produits sanitaires qu’il vend, allant du distributeur à savon en passant par les masques, les visières jusqu’aux plexiglas de protection.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des