Affaire Yves Martin : les témoins clés entendus aujourd’hui

Photo de lauriegobeil
Par lauriegobeil
Affaire Yves Martin : les témoins clés entendus aujourd’hui

<![CDATA[

JUSTICE. L’enquête préliminaire du chauffard Yves Martin se poursuit aujourd’hui au Palais de justice de Chicoutimi avec la présence de deux témoignages importants.

Les personnes qui sont là 15 secondes avant l’accident et au moment de l’accident vont raconter leur version.

« Ce seront des témoins très, très importants », avise l’avocat de la défense, Me Jean-Marc Fradette.

Dans la journée de jeudi, ceux qui allèguent que le conducteur ne semblait pas être affecté par l’alcool ont déposé leur déclaration.

Mais ce qui a le plus retenu l’attention, c’est le témoignage du spécialiste, Bernard Mathieu, arrivé dans le dossier depuis la semaine dernière, en remplacement d’André Dion, placé sous enquête policière.

« En le contre-interrogeant, je lui ai demandé comment ça se fait que son taux et celui de l’ancien technicien arrivaient au même chiffre et c’est là que je me suis rendu compte qu’il n’avait pas analysé les échantillons à nouveau, mais qu’il avait simplement refait le protocole! », a lancé, sidéré, Me Jean-Marc Fradette.

Ce dernier ne croit pas que l’échantillon sera analysé à nouveau même s’il trouve cela très questionnable.

Condamation rapide

Bien qu’il comprenne l’émotivité des gens dans cette affaire, Me

Jean-Marc Fradette rappelle l’importance de ne pas juger l’accusé avant que toute l’enquête ne soit pas terminée.

« On ne peut pas trouver coupables des gens parce qu’ils vont vite. […] Je le répète, une enquête préliminaire sert à déterminer la preuve et ce que j’observe, c’est que l’on s’éloigne du verdict de culpabilité », soulève Me Jean-Marc Fradette.

La grogne vécue à son endroit le laisse de glace.

« Je ne vais pas sur les médias sociaux et n’écoutent pas les gens qui m’en parlent. C’est comme un médecin qui soigne un bandit, il le soigne parce que c’est un humain et qu’il doit le guérir. L’avocat c’est pareil. »

Advenant un verdict de non-culpabilité sur l’accusation de meurtre, Yves Martin pourrait être libéré compte tenu du temps déjà fait en prison. S’il est trouvé coupable, la peine peut jouer à entre 8 à 15 ans.

]]>

Partager cet article