Flavie Laroche-Roy poursuit son rêve… dans l’Ouest!

Flavie Laroche-Roy poursuit son rêve… dans l’Ouest!

Pour atteindre son rêve olympique, la jeune femme (en avant-plan)devait se développer à l’extérieur de la région.

Crédit photo : Photo courtoisie

La patineuse de vitesse, Flavie Laroche-Roy, est maintenant à plus de 3 600 km de sa famille. La jeune athlète de 18 ans a décidé de quitter Roberval, afin de se rapprocher de son rêve olympique.

Après un été à parfaire son anglais et à améliorer son patin, à Calgary, le retour qui était prévu en août n’était plus envisageable pour Flavie.

«J’ai créé des liens et un sentiment d’appartenance. Je me plais ici et je me sens à ma place. Je ne me voyais plus accomplir mes rêves et mes aspirations en revenant à Roberval.»

Des gains importants

L’aréna de Calgary est un centre réputé pour le patinage de vitesse longue piste et courte piste.

«C’est l’un des meilleurs arénas au Canada. La glace de patinage courte piste est réputée pour être la plus rapide au monde. Les infrastructures sont conçues pour limiter les blessures lors des chutes.»

«Nous sommes encadrés par une équipe de professionnels diversifiés et disponibles. C’est incroyable! Nous ne sommes pas laissés à nous-mêmes. Cette notion d’équipe et surtout la communication, font en sorte que de grands athlètes émergent du centre.»

Une nouvelle famille

Bien qu’elle se trouve loin de ses partisans, Flavie souligne avoir trouvé une seconde famille.

«Il y a beaucoup d’athlètes du Québec, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique. On est en quelque sorte des athlètes sans famille. Par contre, personne ne souffre de solitude. Comme on vit une situation similaire, on est capable de se comprendre.»

Cette notion de famille prime sur la compétition. Bien qu’il s’agisse d’un sport individuel, une fois la course terminée, pas question de jalouser les meilleurs, ni d’ignorer la défaite des autres.

Olympique

Flavie souligne que, pour son cheminement et l’atteinte de ses objectifs, elle devait faire le saut du côté de l’Ouest canadien.

«C’est à Calgary que j’ai trouvé l’appui nécessaire à l’atteinte de mes objectifs. À long terme, je souhaite obtenir mon invitation pour les sélections olympiques de 2022.»

«Je ne me fais pas d’illusions, car peu d’athlètes ont réussi les sélections à leur première fois. Mon but ultime demeure les Jeux olympiques de 2026.»

Flavie Laroche-Roy a trouvé sa place auprès des patineurs du Centre de patinage de vitesse de Calgary. On la voit ici, au centre, en compagnie de Abbey Young, et Maggie Beynon.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des