La Cité étudiante de Roberval enseigne la générosité

La Cité étudiante de Roberval enseigne la générosité

Les élèves de la Cité étudiante de Roberval ont fait preuve de générosité.

ÉDUCATION. Pour une dixième année, l’enseignant Dany Pilote a chapeauté la collecte de dons de denrées non périssables. Avec un comité composé d’étudiants de 5e secondaire de la Cité étudiante de Roberval, l’enseignant a pu mener à terme ce projet en récoltant pour environ 5 000$ de dons.

« Je trouvais ça important comme enseignant d’histoire et d’éthique de montrer l’importance de l’implication sociale à nos jeunes. Plusieurs commanditaires se joignent à nous afin de nous offrir des dons, mais également des prix à faire tirer parmi les étudiants qui font des dons », mentionne Dany Pilote.

Afin d’encourager les étudiants de tous les niveaux à donner, le comité offre un coupon par conserve apportée, afin de permettre aux jeunes qui s’impliquent de participer à des tirages.

« Depuis le début du mois de décembre, nous installons une table dans le secteur de l’auditorium. Les étudiants viennent porter les denrées et les membres du comité leur remettent un coupon. Cette année, j’ai même des étudiants qui ont décidé de prendre leur argent personnel pour permettre l’achat de nourriture. Un parent m’a remis un chèque de 300$. Il y a des actes de générosité qui se greffent à ce projet », affirme M. Pilote.

@ST:Un bagage pour l’avenir

@R:Derrière le projet, l’enseignant voit un apprentissage important.

« On doit impliquer nos jeunes. Si on ne leur présente pas l’importance de l’engagement, ils ne seront pas des citoyens corporatifs qui vont s’impliquer dans différentes causes. Comme enseignant, c’est important de développer leur esprit critique, mais également de leur enseigner le don de soi. On vit dans une société individualiste, alors c’est important de mettre en évidence l’esprit collectif », ajoute-t-il.

Roxanne Choquet a pris en charge ce comité. C’est à l’extérieur du cadre scolaire que la jeune femme a coordonné le projet.

« J’ai trouvé la cause importante et j’ai décidé de m’impliquer. On est une école dite défavorisée. Alors de la pauvreté, il y en a entre nos murs. Notre projet permet de conscientiser les étudiants », souligne-t-elle.