Pour l’entraîneur Keven Tremblay: Le football scolaire en situation précaire

Pour l’entraîneur Keven Tremblay: Le football scolaire en situation précaire

Keven Tremblay espère de tout cœur que le football scolaire reprenne du gallon et devienne une ligue en santé.

Crédit photo : Photo Trium Médias –Joanie Doré

Le football scolaire a la vie dure dans les écoles du haut du Lac-Saint-Jean. La Polyvalente des Quatre-Vents est maintenant le seul établissement à offrir ce genre d’activité sportive dans le secteur.

Après huit ans à la tête des équipes de football de la polyvalente des Quatre-Vents de Saint-Félicien, Keven Tremblay commence sérieusement à craindre pour la survie de son sport.

«On tient ça à bout de bras depuis des années. Chaque année c’est un combat et je commence à être fatigué de me battre.»

Le directeur de la polyvalente et entraîneur de football depuis 1989, Carl Bouchard, est du même avis. Les programmes parascolaires, comme ceux offerts à Saint-Félicien, ont de la difficulté à tirer leur épingle du jeu contre les programmes sport-études.

«On n’a pas le même temps d’entraînement, ni les mêmes infrastructures. […] Aussi, le sport est beaucoup moins subventionné qu’avant.»

Les Centurions de la Polyvalente des Quatre-Vents forment la seule équipe de football scolaire encore active dans le haut du Lac-Saint-Jean.

Dolbeau-Mistassini se retire

Pour Carl Bouchard, le constat est facile: les équipes de football sont moins nombreuses qu’avant. Ce constat inclut maintenant les écoles secondaires de Dolbeau-Mistassini, alors que le football n’est plus offert depuis cette année.

La Commission scolaire du Pays-des-Bleuets explique que l’entraineur a accepté un poste dans une autre école et que personne ne souhaitait prendre sa relève.

«C’est un clou dans le cercueil un peu. Je ne dis pas que la porte est fermée complètement, mais… On voit ça comme un obstacle à moyen terme», estime Keven Tremblay.

En effet, difficile de trouver un entraîneur passionné par le football et qui travaille dans une école secondaire, sans compter que des joueurs à recruter, il y en a de moins en moins!

«On est en perte d’élèves dans toutes les écoles de la commission scolaire. Essayer de maintenir une équipe d’environ 40 personnes, de 4e et 5e secondaires de la même école, c’est pratiquement impossible!», soutient M. Bouchard.

Plan d’action

Malgré les nuages qui planent, Keven Tremblay n’a toutefois pas l’intention d’abandonner un sport qui semble aider plusieurs joueurs à rester sur les bancs d’école.

Pour ce faire, un plan d’action sera en vigueur au printemps prochain, pour recruter les joueurs pour participer à la ligue de football provinciale.

Sinon, l’école offrira quand même la possibilité de faire du football à huit dans la ligue régionale.

Les Centurions en plein match plus tôt cette saison.