Les Éclairs de Saint-Félicien, faire beaucoup avec peu de moyens

Les Éclairs de Saint-Félicien, faire beaucoup avec peu de moyens

Les bénévoles du club mettent beaucoup d’efforts pour initier les jeunes au patinage de vitesse. (Photo courtoisie)

Même si les Éclairs de Saint-Félicien ne comptent plus qu’une vingtaine de membres cette année, la présidente du club Mélanie Boulianne assure que tous les efforts sont déployés pour assurer le bon développement du patinage de vitesse.

Dans une ville qui a vu naître des athlètes de niveau olympique comme Marianne Saint-Gelais et Kasandra Bradette, il demeure surprenant que le sport ne soit pas plus populaire auprès des jeunes.

La présidente du club se dit elle-même surprise et déçue du faible nombre d’inscriptions cette année, et ce, malgré les différentes activités de promotion qui ont eu lieu au cours des derniers mois.

«On s’attendait à plus d’inscriptions. Surtout après une année olympique, mais comme les résultats à Pyeongchang n’ont pas été ceux espérés, ça n’a pas aidé à la promotion.»

Autres facteurs

Elle explique que d’autres facteurs sont aussi à considérer pour expliquer cette baisse au niveau des inscriptions.

Le club compte une vingtaine de membres, dont 3 patineurs qui sont de niveau provincial. (Photo courtoisie)

«On a déjà monté à 60 jeunes, mais depuis quelque temps, ça diminué beaucoup. On se pose la question. Ce que l’on pense, c’est que pour un marché comme Saint-Félicien, le nombre de sports offerts fait en sorte que ça dilue les inscriptions. Par exemple, il y a du soccer intérieur maintenant qui est très populaire.»

Mélanie Boulianne ne cache pas non plus que les installations sportives peuvent aussi peser dans la balance.

«Pour ce qui est des infrastructures, la grandeur de la patinoire est problématique. On aurait besoin d’une plus grande patinoire. Celle-ci est trop petite et si jamais il y a des changements, on espère bien que l’on pourra exprimer nos besoins.»

Avec des moyens financiers limités, la présidente confirme que le recrutement du personnel devient un enjeu important dans la survie du club.

«Trouver des entraîneurs, ce n’est pas facile, car ils sont tous des bénévoles. On n’a pas beaucoup d’argent et on fonctionne uniquement avec des commandites et avec l’argent des inscriptions.»

Compétition

Le 24 novembre prochain, le club de Saint-Félicien sera l’hôte d’une compétition régionale. Huit clubs participeront à l’événement. En plus du club local, des dizaines d’autres jeunes athlètes défendront les couleurs de leur club respectif, soit Alma, Chicoutimi, Dolbeau-Mistassini, Jonquière, La Baie, Baie-Comeau et Roberval.

Une bonne relève malgré tout

La patinoire utilisée actuellement est trop petite et ne répond pas aux besoins du club. (Photo courtoisie)

Parmi la vingtaine de membres du club des Éclairs de Saint-Félicien, on compte une quinzaine de patineurs qui font de la compétition.

Du nombre, trois évoluent sur le circuit provincial: Alexandre Simard, Louis Moisan et Jean-Christophe Tremblay. Ils devraient tous tenter de se qualifier pour les prochains Jeux du Québec, qui auront lieu à Québec en hiver 2019.

D’ici là, Alexandre Simard et Louis Moisan s’entraînent pendant la semaine au Centre Marc Gagnon (CMG) à Saguenay, en plus de participer aux activités des Éclairs chaque weekend.

Le CMG est le site régional où s’entraînent les meilleurs patineurs de la région.

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des