Le Bloc veut ramener l’indépendance sur la table

Photo de Yohann Harvey Simard
Par Yohann Harvey Simard
Le Bloc veut ramener l’indépendance sur la table
Le député bloquiste Alexis Brunelle-Duceppe estime que le Bloc Québécois occupe une place suffisamment confortable pour relancer le débat de l’indépendance du Québec. Ici avec sa famille lors de sa réélection lundi le 20 septembre. (Photo : Trium Médias - Julien B. Gauthier)

Selon le député Alexis Brunelle-Duceppe, le moment est venu de rouvrir la discussion au sujet de l’indépendance du Québec.

« L’indépendance est obligatoire pour faire en sorte que le Québec puisse assumer son destin en toute liberté », a-t-il affirmé quelques jours après sa réélection dans Lac-Saint-Jean.

« Il ne faut pas oublier que les Québécois ont envoyé 33 députés souverainistes à Ottawa. Ça renforce notre idée qu’éventuellement, le destin du Québec, ça passe par son indépendance. Le but ultime, c’est que le Québec devienne un pays. »

En outre, le député affirme qu’il continuera de lutter pour que l’industrie forestière régionale obtienne plus de financement de la part du fédéral.

« Si le Bloc Québécois ne parle pas de la forêt, il n’y a personne qui va le faire à la Chambre des communes. »

Il dénonce également que la foresterie soit l’enfant pauvre par rapport aux sables bitumineux  alors qu’elle est la meilleure option pour la transition verte.

La 2e et 3e transformation de l’aluminium demeure également prioritaire pour le bloquiste, qui dit vouloir participer activement aux discussions de la Table de concertation sur l’aluminium.

Main-d’œuvre et personnes aînées

De plus, Alexis Brunelle-Duceppe propose des pistes de solution pour contrer la pénurie de main-d’œuvre et améliorer les conditions de vie des aînés.

« Première des choses, il faut suspendre la PCRE, quitte à la remettre en place au besoin. Ensuite, ça prend des incitatifs à l’emploi pour nos retraités. Présentement, ils sont pénalisés. Ceux qui veulent aller travailler quelques jours par-ci, par-là se font couper leur rente. »

Or, il estime que le gouvernement fédéral aurait fort à gagner de les laisser travailler tout en leur laissant leur pension. « Il ferait même plus d’argent, puisqu’il pourrait imposer les retraités sur leur nouveau salaire. »

On propose également d’instaurer des crédits d’impôt pour les nouveaux arrivants et les personnes qui font un retour en région afin de pourvoir les postes vacants. « Ça existe déjà au provincial pour les jeunes qui retournent en région, on pourrait le mettre au fédéral. »

Rappelons qu’Alexis Brunelle-Duceppe a été réélu dans Lac-Saint-Jean avec une majorité de 50,7%, soit 25 351 votes. Il était suivi par le conservateur Serge Bergeron, qui a obtenu 12 788 votes (25,6%) et la libérale Marjolaine Étienne qui a récolté 9 311 voix (18,6%).

 

Partager cet article