Sentier Notre-Dame de Kapatakan: Des jeunes se dépassent par la marche

Photo de helene_gagnon
Par helene_gagnon
Sentier Notre-Dame de Kapatakan: Des jeunes se dépassent par la marche

<![CDATA[

DÉPASSEMENT DE SOI. Huit jeunes de la Polyvalente Dominique-Racine de Saguenay, ayant une déficience intellectuelle, ont vécu une expérience unique qui leur a demandé beaucoup d’endurance, mais également d’écoute. Ces jeunes accompagnés de deux enseignants ont franchi 83 km du sentier Notre-Dame de Kapatakan à la marche.

Durant 6 jours, Stéphanne, Calvin, Maxim, Jean-Philippe, Nick, Mathieu, Nathaniel, Léon-Pierre et leurs accompagnateurs Steeve et Rémi ont gravi le cap Trinité de Rivière-Éternité, avant d’entreprendre le parcours entre Hébertville et L’Ermitage Saint-Antoine de Lac-Bouchette. C’est une journée à la fois qu’ils ont avancé. Les responsables souhaitaient à la base permettre à ces jeunes d’exprimer leurs émotions. La découverte du sentier en groupe restreint était donc une belle occasion pour débuter ce processus d’extériorisation.

« Tous les soirs, on faisait la cérémonie du bâton. On mettait le bâton au centre et chacun notre tour on parlait de notre journée. Pendant ce temps, les autres devaient écouter. Des fois, certains ne voulaient pas parler », mentionne Nathaniel.

Les responsables du groupe avaient tout préparé afin d’assurer la réussite de cette aventure : « Quelques semaines avant, nous avions réalisé le parcours en voiture afin de juger du terrain. Les premières journées, nous marchions entre 10 et 20 km. Par contre, la dernière journée était la plus redoutée, car les jeunes devaient franchir les 27 km séparant Saint-André et L’Ermitage Saint-Antoine en empruntant le vallonné chemin de la Cavée. Une voiture de sécurité nous a suivis afin de permettre aux jeunes de se reposer en cas de besoins. Nous avions tout mis en place, car leur sécurité était primordiale », mentionne Rémi Gagné.

Mettre l’emphase sur les forces

Après la première journée de marche entre Hébertville et Métabetchouan, installé dans le sous-sol de l’église, les jeunes et les responsables ont commencé à gribouiller les couplets et le refrain d’une chanson qui est rapidement devenue leur hymne : « On a décidé de mettre l’accent sur ce qui est beau et pas sur les défauts. Chaque jeune a des forces. Plusieurs les ont mis en pratique durant cette aventure. Nick s’occupait de la musique. Calvin nous renseignant sur les traces d’animaux et les plantes. C’est Léon-Pierre qui nous a dit qu’il faudrait parler de notre projet dans les journaux. Chacun à des idées, des forces et des faiblesses. Ils ont appris mieux se connaitre et à échanger ensemble » souligne M. Gagné.

La possibilité d’un Kapatakan 2 n’est pas à ignorer. Rémi Gagné souhaiterait faire un jumelage avec les étudiants du régulier ou ceux de la polyvalente Charles-Gravel : « Malgré les blessures et les ampoules, nous avons réussi atteint nos objectifs. Nous sommes le premier établissement scolaire à marcher dans la Sentier Notre-Dame de Kapatakan. J’aimerais bien que d’autres groupes scolaires s’aventurent sur ce chemin. C’est une expérience unique qui nous enrichit », conclut M. Gagné.

]]>

Partager cet article