Nouveau comptoir gourmand : Le parfait mélange d’Andréanne

Nouveau comptoir gourmand : Le parfait mélange d’Andréanne

Les gens vont apprécier la bonne humeur de la chef Andréanne.

Crédit photo : Photo Trium Médias – Hélène Gagnon

Depuis plus de deux ans, les Robervalois voient l’ancien presbytère Saint-Jean-de-Brébeuf en pleine transformation. Dans quelques jours, le bâtiment historique redeviendra en partie un lieu public avec l’ouverture du comptoir gourmand La faim de loup, prévue au début du mois de décembre.

Andréanne Ouellette-Colpron et son conjoint ont fait l’acquisition du bâtiment.

Elle, qui était jusqu’à tout récemment cuisinière à la cafétéria de la Cité étudiante, a décidé de plonger dans l’aventure de l’entrepreneuriat.

«Ce n’est pas facile d’évoluer dans une structure gouvernementale. J’aime travailler dans les cuisines. C’est un environnement motivant où je me sens bien. J’ai toujours plein d’envies et les contraintes me rendaient triste.»

C’est dans l’optique de s’offrir une meilleure qualité de vie, mais surtout de continuer à œuvrer dans un domaine qui la passionne qu’Andréanne a décidé de convertir une partie de sa grande demeure en comptoir-lunch.

Les gens vont apprécier la bonne humeur de la chef Andréanne.

Un monde dur

Le monde de la restauration ne fait pas peur à Andréanne.

«Justement parce que mon concept me ressemble, je n’ai pas peur de plonger dans l’aventure. Je ne me verrais pas dans une cuisine de restaurant avec une salle à manger bondée de clients jusqu’à 23h.»

Une cafétéria à la maison

Le comptoir gourmand d’Andréanne a un peu les allures d’une cafétéria.

«Je trouve l’ambiance des cafétérias réconfortante. C’est toujours le même accueil et les mêmes sourires. C’est rapide, constant et abordable. À tous ces avantages, j’y ajoute ma créativité.»

Le réaménagement du bâtiment a développé l’ambition d’Andréanne.

«Je connais l’attachement des gens de Roberval pour le patrimoine alors de redonner vie à l’ancien presbytère me rend très heureuse.»

Depuis sa fermeture, le presbytère a été maintes fois transformé. Gîte et restaurant s’y sont succédés.

Que souhaite le client?

«Je voulais à la base offrir des solutions qu’on ne voyait pas ailleurs. Les gens sont friands des restaurants rapides et des services à l’auto, alors je me suis dit que j’allais leur offrir du prêt-à-manger à emporter, et ce, sans négliger leur santé.»

Pour Andréanne, tout son concept est une question de respect.

«Je mets d’avant mes valeurs familiales, entrepreneuriales et environnementales afin d’offrir à mes clients de bons repas, et ce, à tout moment de la journée.»

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des