Reconnaître l’héritage du maire Joseph-Arthur Tremblay

Rédaction

Les premières neiges recouvriront bientôt le sol et beaucoup de jeunes robervalois accourront à la côte du maire Tremblay pour y glisser à l’aide de chambres à air, de tapis-luges ou autres équipements. Cette côte est une pente de glisse, créée naturellement lors de la construction des rues de ce quartier, que des parents s’approprient au cours de l’hiver afin de passer quelques heures de loisir avec leur jeune famille.

Ce terrain de faible étendue a reçu spontanément son nom inspiré par son relief pentu. Il faisait autrefois partie des terres agricoles appartenant à Joseph-Arthur Tremblay, un fermier et un ancien maire de Roberval, d’où le lieu-dit, côte du maire Tremblay, situé à l’angle du boulevard de la Jeunesse et de la rue Barrette. Ce terrain appartient à la ville de Roberval depuis 1989.

Les 29 années d’états de service du politicien Joseph-Arthur Tremblay en faisaient probablement le doyen sur la scène municipale régionale. Il a été un acteur et un témoin de toute l’évolution de l’histoire contemporaine de Roberval. Sa réputation dépassait les frontières de la région. On le connaissait dans les grands centres et ses discours à l’emporte-pièce, sans aucune note pour l’aider, en avaient fait un orateur très coloré.

Disponible et reconnu pour sa grande simplicité, il recevait tout le monde. Rencontrer un petit groupe de citoyens revêtait autant d’importance pour lui que de s’entretenir avec un ministre. Il passait plusieurs heures par jour à la mairie et était de toutes les délégations. Il serait irréaliste de présenter toutes les réalisations sous sa gouverne, mais rappelons-nous qu’il était vu comme un homme extrêmement prudent, ne dépensant pas inutilement l’argent des contribuables. Dans sa conduite, il affichait l’allure d’un homme calme et pondéré (sa légendaire pipe en témoignait), sobre dans ses déclarations et ses décisions.

À la suite d’une longue maladie, l’ex-maire de Roberval, ville et paroisse, Joseph-Arthur Tremblay s’est éteint le 14 août 1997 à l’âge de 76 ans. La communauté robervaloise perdait ainsi l’un de ses plus illustres citoyens.

Récemment, traduisant l’importance toute particulière que nous accordons à nos pionniers, la place Benjamin-Alexander-Scott a été aménagée à l’angle de l’avenue Roberval et de la rue Otis. Et, c’est très bien ainsi.  Cependant, aucune rue, aucun parc, aucun édifice ne rappelle le nom de Joseph-Arthur Tremblay en souvenir de ce citoyen robervalois très engagé. À mon humble avis, il serait temps, pour nos élus, par considération à son apport indéniable à la communauté qu’une fraction du coût consenti à la place Benjamin-Alexander-Scott soit investie pour une simple plaque rappelant le nom de notre ex-maire et érigée à proximité de cette pente de glisse que les Robervalois nomment, probablement sans en connaître véritablement l’origine, la côte du maire Tremblay.

Hervé Lachance

Partager cet article