Stéphan Potvin : «J’ai toujours dit que je serais un coiffeur de star»

Stéphan Potvin : «J’ai toujours dit que je serais un coiffeur de star»

<![CDATA[

Originaire de Sainte-Hedwidge, près de Roberval, Stéphan Potvin réalise aujourd’hui son rêve à fond. Après de multiples expériences des plus enrichissantes dans le monde de la coiffure, le voilà, depuis quelques mois, au service d’Alvaro, un coiffeur dont la renommée n’est plus à faire à Montréal, de surcroît couru par plusieurs personnalités du showbiz pour « faire de bonnes coupes »!

Le coiffeur d’une trentaine d’années est arrivé dans la métropole en 2002, après avoir passé quelques années à Québec, puis dans les Laurentides. : « J’ai toujours dit que je serais un coiffeur de star, même quand j’étais jeune », a confié M. Potvin lors de l’entrevue, qui s’est déroulée tout juste après qu’il ait terminé de coiffer l’animatrice culturelle Sophie Durocher, visiblement grandement satisfaite du résultat.

Fait à noter, c’est à la soirée du dernier gala des Gémeaux que l’auteur de ces lignes a croisé ce Jeannois d’origine, qui faisait partie de l’équipe de stylistes-coiffeurs chargés de satisfaire des artistes et des artisans de l’événement, avant leur entrée sur scène.

Stéphan Potvin adore relever des défis, vivre de nouvelles expériences et sortir de la routine. Au Salon Alvaro, il est, par conséquent, comblé : « Dans le monde de la coiffure, ça change tellement vite ; pratiquement toutes les saisons il y a de la nouveauté. Être bien entouré, ça aide beaucoup et ça donne de l’expérience. Puis, il y a des gens qui deviennent comme des mentors, comme Alvaro. Il a une renommée et du métier. Je peux m’inspirer de lui. C’est une figure emblématique du monde de la coiffure au Québec. Ce qui me marque le plus d’Alvaro, c’est sa gentillesse et le fait qu’il garde, malgré tout, les deux pieds sur terre. J’ai la chance de travailler dans un salon très convivial. Alvaro n’est pas snob et les clients sont satisfaits, ce qui contribue à créer un environnement favorable, un atout pour apprendre et évoluer » , mentionne-t-il.

La carrière du styliste-coiffeur est épatante. À peine sorti de l’école de coiffure, il remporte, en 2002, le prestigieux prix Young Initiative Scholarship du magazine Canadian Hairdresser, ce qui lui permet, notamment, de se rendre en Californie afin d’y effectuer un stage en compagnie de coiffeurs renommés de la compagnie Sebastian.

« En remportant cette bourse, je me suis rendu à Toronto pour assister à un grand spectacle de coiffure et j’ai rencontré mon idole qui est le directeur artistique de la compagnie Sebastian, Robert Lebeta, raconte Stéphan Potvin. C’est grâce à ce magazine que j’ai pu me rendre en Californie, pendant une semaine. Si je fais encore mon métier aujourd’hui, c’est sans doute parce que je regardais des vidéos de cette compagnie-là lorsque j’étais jeune. Ça m’inspirait tellement et j’étais convaincu que j’allais travailler pour Sebastian », raconte-t-il.

Stéphan Potvin aime sortir des zones de confort et adore plonger tête première dans les événements qui se démarquent : « Je n’ai pas nécessairement un plan de match défini; je vais là où ça m’intéresse mais, ce que j’aime plus que tout, ce sont les défilés de mode et les spectacles. Chose certaine, le fait d’être dans la métropole ouvre plus de portes », croit-il.

Cela dit, il conserve de bons souvenirs de sa région et aime bien y retourner pour changer d’air : « Quand je sors de la ville pour retourner dans la région, je suis vraiment content d’aller dans la nature, dans le bois, parce que la vie en ville peut devenir étourdissante!, estime-t-il. Même si je n’ai pas envie d’y retourner pour y habiter, il y aura toujours une petite partie de moi qui va rester là. »

]]>

Partager cet article