Une petite signature peut faire une grande différence!

Une petite signature peut faire une grande différence!

Julie Paradis est atteinte d’une malformation cardiaque héréditaire. Bien que la jeune femme ait eu une transplantation cardiaque, il y a 15 ans, ce bagage familial a tout de même un poids.

Plusieurs membres de la famille de Julie sont en attente d’un cœur.

«Mon cœur a été un véritable cadeau du ciel! Une tante a récemment reçu le cœur d’un donneur. J’avais l’impression de revivre toutes les émotions que j’ai vécues, à travers sa vie.»

Le père de Julie, son oncle et sa sœur n’ont pas connu cette joie. Sa filleule et ses cousins, eux, sont toujours en attente d’un cœur.

«On ne répétera jamais à quel point c’est important de signer sa carte de dons d’organes, mais surtout d’en parler avec nos proches. C’est eux, en fin de compte, qui auront le dernier mot, car c’est eux qui devront signer l’autorisation de prélever les organes.»

Ça ne coute rien

Julie invite fortement les gens à signer leur carte.

«Il faut une mort bien particulière pour être un donneur recevable. On parle de décès neurologique et, dans de plus rares situations, de mort cardiovasculaire. Dans tous les cas, il s’agit d’une personne ayant subi une lésion irréversible au cerveau.»

Julie souligne que c’est moins de cinq pour cent des gens qui vont mourir de l’une de ces deux formes.

«Les chances sont tellement minces qu’on ne perd rien à signer l’autocollant. Aussitôt que les organes sont endommagés, il n’est plus possible d’en faire le don.»

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des