La poutine: une tendance qui tombe à point

La poutine: une tendance qui tombe à point

Crédit photo : Photo Trium Médias – Hélène Gagnon

 

Sébastien Bouchard est-il tombé dans la potion magique, étant jeune? On devrait plutôt dire qu’il est tombé dans la marmite de… sauce!

À l’époque où la poutine s’annonce pour être la tendance alimentaire de 2018, le jeune entrepreneur a décidé de commercialiser les sauces du restaurant Capitaine Bob.

Développement

Le nouvel entrepreneur n’a peut-être pas la fibre du restaurateur, mais il a tout du développeur.

«Le Capitaine Bob c’est une institution à Roberval. Nous n’avons plus à faire sa promotion. Cependant, ce n’est pas parce que les gens viennent et reviennent qu’il faut s’assoir sur ce statut et ne plus rien faire.»

Sébastien a donc décidé d’actualiser l’image du restaurant, sans pour autant dénaturer le travail fait par son grand-père et les membres de la famille qui l’ont précédé.

«J’ai conservé le blanc, le orange et les lignes. J’ai épuré le menu. J’ai actualisé le coq. Le plus important c’était d’écouter les clients.»

Un pot de sauce avec ça

La sauce poulet frit du Capitaine Bob a fait la renommée du restaurant. Que ce soit pour manger avec le poulet, la poutine et même pour tremper généreusement son morceau de pizza.

«Il est arrivé à quelques reprises que des natifs du coin, lors de leur passage dans la région, apportent au restaurant des cruchons pour se constituer une réserve de sauce, avant de reprendre la route.»

C’est pour ceux qui ne peuvent se passer d’une dose de Capitaine Bob, que Sébastien a décidé qu’il était peut-être temps de commercialiser les sauces.

«Je commence par la sauce poulet frit, mais les sauces barbecue et hot chicken vont suivre. De plus en plus de restaurateurs se tournent vers la commercialisation de leurs produits pour s’assurer un revenu supplémentaire. Pourquoi pas nous?»

Les sauces qui sont exclusives à la succursale de Saint-Félicien, la sauce au poivre et la sauce à poutine, se retrouveront également en pot.

«Il y a plusieurs histoires à succès qui ont débuté à petite échelle. Je suis bien entouré et je compte bien innover comme mon grand-père la fait il y a 46 ans.»