Gastro-entérite nosocomiale chez le chien

Gastro-entérite nosocomiale chez le chien

La gastro-entérite fait référence à une inflammation ou une irritation de l’estomac et des intestins. Les symptômes habituels de la gastro-entérite chez le chien comprennent des vomissements et de la diarrhée, bien qu’une gamme d’autres symptômes liés à la digestion puissent également survenir.

Il existe de nombreuses causes possibles de troubles gastro-intestinaux chez les chiens, comme certaines bactéries, un parasite ou, tout simplement, l’ingestion d’un aliment qu’ils ne peuvent digérer. Cependant, certains virus peuvent aussi provoquer les symptômes d’une gastro-entérite, et ils se propagent le plus souvent par l’ingestion des selles d’un animal infecté.

Malheureusement, les chiens au système immunitaire affaibli, ou les jeunes chiots non-vaccinés, peuvent contracter ces virus dans un chenil, un service animalier ou une pension canine. Mais ces virus peuvent aussi être contractés dans un établissement de soins vétérinaires. On parle alors d’infection nosocomiale. Afin de la prévenir, voici ce que vous devriez savoir sur la gastro-entérite nosocomiale chez le chien.

Qu’est-ce qu’une maladie nosocomiale ?

On parle d’une maladie nosocomiale quand celle-ci est contractée dans un hôpital, une clinique ou tout établissement de soins. Dans le cas de la gastro-entérite nosocomiale chez le chien, la maladie est contractée lors d’une visite dans un établissement de soins vétérinaires, soit une clinique ou un hôpital.

Comment se propage la gastro-entérite nosocomiale ?

Certaines infections nosocomiales très contagieuses sont provoquées par des chiens infectés, et se transforment rapidement en épidémies, comme dans le cas du Parvovirus. Dans la plupart des cas, un chien contractera ce virus, ou sera mis en contact avec une bactérie causant les symptômes de gastro-entérite, par l’entremise d’un autre animal, du personnel soignant ou de l’équipement médical.

Quels sont les risques associés à la gastro-entérite nosocomiale ?

Tout dépend de ce qui a pu causer cette infection nosocomiale, ainsi que de l’état de santé générale du chien. Mais ce qu’il faut savoir, c’est que les organismes endémiques à l’environnement hospitalier présentent souvent de multiples résistances aux médicaments et peuvent entraîner des éclosions d’infections. Pensons, entre autres, à l’E. coli ou au Clostridium difficile qui de plus, peuvent se transmettre à l’humain.

Comment prévenir la gastro-entérite nosocomiale ?

Les études scientifiques ont clairement démontré que toute infection nosocomiale peut être prévenue grâce à des mesures d’hygiènes strictes et une approche globale de biosécurité. Le lavage des mains systématique et fait de manière adéquate a démontré son efficacité dans le milieu hospitalier.

Le propriétaire de chien ainsi que le personnel soignant devraient se laver les mains convenablement après chaque contact physique avec l’animal potentiellement contagieux. En clinique ou hôpital vétérinaire, des produits désinfectants pour les mains à base d’alcool devraient être mis à la disposition de tous et ce, dans tous les départements : réception, salle d’attente, salles d’examen, etc.

De plus, le propriétaire de chien peut prendre certaines mesures pour diminuer les risques de contamination par ou de son animal : empêcher les contacts physiques avec les autres animaux dans la salle d’attente, tenir son chiot dans ses bras ou le confiner dans son transporteur et hors d’atteinte, ainsi qu’empêcher son chien de lécher le sol ou les surfaces.

Il est toujours malheureux de constater que son animal qui était auparavant en santé, ait contracté une maladie lors d’une visite chez le vétérinaire. Mais avec les efforts de tous ceux concernés, il est possible d’éviter la gastro-entérite nosocomiale chez le chien.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des