Plomberie GB chauffage – Une croissance qui ne dément pas

Rédaction
Plomberie GB chauffage – Une croissance qui ne dément pas
Les deux propriétaires de Plomberie GB, Louis-Xavier Belleau et Jean-François Grenier.

PUBLIREPORTAGE–

Plomberie ­Chauffage ­GB débute une sixième année d’opération. L’entreprise connaît une croissance qui ne cesse d’augmenter avec la prise en charge de travaux multidisciplinaires de grande envergure. On a même dû acheter une résidence à ­Chibougamau pour accommoder les employés de l’entreprise qui réalisent des contrats dans la ­MRC de ­La ­Jamésie.

Que ce soit dans les secteurs résidentiels ou commerciaux, ­Plomberie ­Chauffage ­GB possède l’expertise pour exécuter tout type de projets, peu importe le mandat qu’on leur confie.
Toutefois, comme dans la majorité des entreprises, la pénurie de ­main-d’œuvre limite ­Plomberie ­Chauffage ­GB dans la prise en charge de contrats. « ­Un huitième employé s’ajoutera bientôt à notre équipe de travail. Si on avait plus d’employés, on pourrait prendre des contrats industriels, mais pour le moment ce n’est pas possible », explique ­Jean-François ­Grenier copropriétaire de l’entreprise avec ­Louis-Xavier ­Belleau.

Présent à ­La ­Jamésie

Il cite en exemple un des contrats d’importance que l’entreprise vient d’obtenir. « ­Nous avons un contrat à l’aéroport de ­Chibougamau qui demande 1000 heures de travail. Uniquement pour ce chantier, j’aurai besoin d’envoyer deux employés. Ils seront sur place pendant trois à quatre mois. J’ai donc une équipe qui ne sera pas disponible pour les autres contrats. »
« ­Toujours à ­Chibougamau, nous venons de terminer un contrat pour ­Le ­Ministère de l’Énergie et des ­Ressources ­Naturel ».
Plomberie ­Chauffage ­GB est également présent à la réserve ­Mistissini. Toutefois, la pandémie cause des retards dans l’exécution de contrats à cet endroit. « ­Depuis plusieurs mois on ne peut y travailler. Impossible de s’y rendre. J’ai douze maisons sur lesquelles on a des contrats, mais on ne peut terminer le travail. On a réussi à y retourner une seule fois pour poser des airs climatisés que des clients nous avaient achetés », explique le copropriétaire.
La pandémie cause également des problèmes d’approvisionnement. « ­Uniquement cet été j’ai vendu et installé 140 thermopompes et nous en avons une cinquantaine d’autres en commande pour des clients. »
Le contexte de la ­Covid-19 augmente l’effet de cette pénurie. « ­Selon nos fournisseurs, au centre de traitement à ­Laval il y a habituellement 70 employés pour vider les conteneurs. Actuellement, il y a seulement une vingtaine d’employés ».

Clientèle de rêve

Une autre particularité intéressante pour ­Plomberie ­Chauffage ­GB concerne son offre de services variés. Lorsqu’on communique avec l’entreprise, du même coup on diminue le nombre d’entrepreneurs pour réaliser un contrat. « ­Habituellement, on offre un « clé en main » qui comprend la plomberie, la climatisation, le chauffage et la ventilation. C’est l’une de nos forces. »
La forte demande oblige les dirigeants de ­Plomberie ­Chauffage ­GB à refuser quelques contrats par manque de main d’œuvre ou à cause des délais de réalisation.
« ­On augmente le nombre de contrats réalisés avec le même nombre d’employés. Nous vivons une très bonne période », affirme ­Jean-François ­Grenier.
Les ­Félicinois demeurent toutefois un marché intéressant et fertile. Pour ­Jean-François ­Grenier, les clients locaux sont des « clients de rêve ». « ­On constate qu’ils veulent encourager l’achat local. La ­Ville nous encourage également », ­conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires