Le souhait du préfet pour 2018

Le souhait du préfet pour 2018

L’année 2018 sera une année de défi pour le préfet Lucien Boivin.

Crédit photo : Photo Trium Médias – Hélène Gagnon

Le maire de Saint-Prime, Lucien Boivin s’est vu confier en novembre dernier la préfecture du Domaine-du-Roy.

Celui-ci souhaitait ajouter cette expérience à son curriculum vitae. Après quelques semaines, il souligne que la combinaison des deux tâches est tout de même ardue.

En plus de la mairie à temps partiel, Lucien Boivin siège à 15 comités à titre de préfet.

Par contre, l’équipe d’expérience en place au sein de la MRC est en mesure de faire avancer les idées.

Des projets

«Nous avons plusieurs beaux projets pour 2018. Le dossier du transport collectif est un projet majeur qui sera mis en place vers la fin de l’hiver.»

La téléphonie cellulaire et l’Internet haute vitesse seront également l’un des chevaux de bataille de M. Boivin.

«On doit cesser de dire que ça va venir. On doit tout mettre en œuvre et le réaliser. On ne peut garder le statu quo.»

Des défis

En fin d’année, les élus ont rencontré le premier ministre Philippe Couillard. Cette discussion a été l’occasion de le sensibiliser aux problématiques.

«Le manque criant de main-d’œuvre, la technologie, la forêt, la reprise des activités de Norbord en 2019, l’épuration des eaux du Village historique de Val-Jalbert, la mise en place de sentiers de motoneige et VTT permanents et plusieurs autres dossiers qui touchent le développement de l’économie régionale ont été abordés.»

Boivin souligne que le dossier de l’approche commune est également un point à l’ordre du jour.

«Nous aimerions que le processus s’accélère. Je souhaite que nous créions des ponts encore plus solides pour améliorer et solidifier les relations.»

Sensibilisation

En 2018, Lucien Boivin souhaite démystifier la MRC auprès des citoyens.

«Il n’y a pas de citoyens à nos séances publiques. Peu de gens connaissent nos champs d’activités et les dossiers que nous portons.»

Une opération de sensibilisation sera donc mise en place.

«On est un gouvernement de proximité. C’est une structure qui est beaucoup plus politique qui est collée aux gouvernements.»