Fabrice Fortin réalise un rêve avec les Saguenéens

Denis Hudon
Fabrice Fortin réalise un rêve avec les Saguenéens
Fabrice Fortin de Saint-Félicien s’est taillé une place au sein de la formation des Saguenéens lors du récent camp d’entraînement. - Photo : André Émond

C’est tout un rêve que réalise le jeune Fabrice Fortin de Saint-Félicien qui a réussi à se tailler une place au sein de la formation des Saguenéens de Chicoutimi pour la saison 2020-2021.

Ce n’est pas le fruit du hasard qui a permis au jeune attaquant, repêché l’an dernier par le grand club alors qu’il n’avait que 16 ans, d’être de l’alignement de son équipe favorite cette année.

« J’étais conscient l’an dernier que mes chances étaient minces pour rester à Chicoutimi. L’équipe était déjà bien pourvue et très compétitive. J’ai profité des conseils de l’entraîneur Yanick Jean pour me développer avec les Élites midget AAA de Jonquière et poursuivre mon entraînement tout l’été », dit d’entrée de jeu le Félicinois.

Fabrice Fortin porte fièrement le chandail des Saguenéens et entend tout faire pour aider sa nouvelle équipe.

« Je suis un Bleuet et depuis que je suis tout petit que je vais aux matches des Saguenéens. Je voulais atteindre la Ligue de hockey junior majeur du Québec, mais avec les Sag’s, c’est encore mieux ».

Prêt à sauter sur la glace

Il a déjà disputé quelques matches présaisons, notamment contre le Drakkar de Baie-Comeau, et s’est bien senti sur la glace et capable de rivaliser.

« J’ai beaucoup travaillé sur ma force musculaire, comme me l’avait demandé l’entraîneur. Je me suis amélioré sur ce plan. Je sais que je suis rapide et que je peux être explosif en attaque. Je peux me virer sur un dix cents, comme on dit ».

Pour lui, rien n’est jamais acquis. Il sait qu’il devra travailler sans relâche. Il ne sait pas comment son entraîneur va l’utiliser, ni s’il sera en uniforme pour chaque rencontre. Et il ne s’en fait pas trop.

« Je serai prêt à chaque fois que l’entraîneur fera appel à mes services et je vais me donner à fond à chaque présence sur la patinoire. Je ne me mets pas de pression supplémentaire et ce n’est pas le temps de stresser. Je garde la tête froide », dit encore celui qui porte le # 91.

L’attaquant de 5,8 pieds et 176 livres avoue que le camp d’entraînement, c’est ce qu’il y a de plus difficile. Les entraînements sont intenses, très physiques et les habiletés athlétiques sont primordiales.

« J’ai tout de suite été bien accueilli par mes coéquipiers. On forme une vraie équipe. Je me sens prêt pour amorcer la saison », conclut celui qui étudie en sciences administratives en gestion et économie au cégep.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des