Ski de fond et raquette plus populaires que jamais

Denis Hudon
Ski de fond et raquette plus populaires que jamais
Le ski de fond et la raquette ont fait la joie des adeptes à Val-Jalbert, permettant ainsi au Club plein air Ouiatchouan de bien s’en tirer, même avec la pandémie et l’hiver en dents de scie. (Photo : courtoisie)

La saison de ski aura été marquée non seulement par la pandémie, mais aussi par les caprices de Dame nature. C’est quand même le ski de fond et la raquette qui sortent grands gagnants d’une saison en dents de scie.

« De façon générale, on peut dire qu’on a connu une bonne saison, surtout pour le ski de fond, la raquette et le fatbike. Pour la pratique de ces activités, ç’a été une saison idéale. Ç’a été un peu plus difficile pour le ski alpin avec des restrictions, surtout avec le restaurant qui a été fermé au début de la saison lorsque nous étions en zone rouge », dit Sylvie Cantin, coordonnatrice aux organismes corporatifs à la Ville de Saint-Félicien.

Tobo-Ski a vendu moins de cartes de saison, mais la vente de billets pour une demi-journée a été excellente. Les gens se sont adaptés à la situation particulière de la pandémie et aussi aux soubresauts de Dame nature. La saison n’a pu véritablement prendre son envol qu’en début de janvier et le printemps hâtif a forcé une fermeture prématurée.

Toutefois, fait remarquer Sylvie Cantin, les gens ont très bien respecté les consignes liées à la pandémie comme le lavage des mains, le visage recouvert et la distanciation sociale.

« Somme toute, on peut dire que dans les circonstances, nous avons connu une bonne saison. »

Club plein air Ouiatchouan

Le Club plein air Ouiatchouan (CPAOI) trace lui aussi un bon bilan, le site de Val-Jalbert étant un paradis pour la pratique du ski de fond et de la raquette. La pandémie, dans un certain sens, a donné un coup de pouce qui s’est traduit par une augmentation du nombre de membres, plus de 600, comparativement à 552 l’année précédente.

Depuis 2015, le nombre de membres augmente de l’ordre de 20 % à 25 % par an.

« On a vu sur le terrain beaucoup plus de familles et aussi des gens plus âgés. Le site a accueilli près de 20 groupes scolaires, environ 310 jeunes, qui sont venus pratiquer le ski de fond ou la raquette. Il y avait des écoles de Lac-Bouchette, de Saint-André jusqu’à Saint-Félicien, mais particulièrement de Roberval », indique Vanessa B. Fortin, présidente du CPAOI.

Dans le contexte de la pandémie et des mesures sanitaires, le CPAOI dit avoir trouvé des solutions pour assurer la sécurité des utilisateurs, notamment grâce à la grande capacité physique du pavillon d’accueil.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires