Triathlon extrême : David Simard a dépassé ses limites

Janick Émond
Triathlon extrême : David Simard a dépassé ses limites
La portion de natation a très bien été pour David Simard. (Photo : courtoisie)

C’est toute une expérience qu’a vécue David Simard le 3 octobre dernier. Le quadragénaire de Saint-Prime a participé au Xtreme Triathlon du Canada Man au Lac-Mégantic, une épreuve de 226 km mêlant la natation, le vélo et la course à pied.

La préparation à cette compétition n’a cependant pas été très évidente. L’épreuve devait initialement se tenir en juillet dernier, mais a été retardée de trois mois en raison de la COVID.

« Ce n’est pas le genre d’annonce que tu veux entendre quand tu t’engages dans ce genre d’aventure, parce que ça nécessite beaucoup de préparation et une planification quasi militaire de son horaire », explique David Simard.

Même si ce report lui donnait plus de temps d’entrainement, cette décision a chamboulé son horaire. « Je devais reporter des phases d’entrainement à plus tard. Ça n’a pas été évident mentalement non plus, la motivation était difficile à trouver lorsque j’ai appris que j’avais trois mois supplémentaires d’entrainement. »

Une fierté

Finalement, David Simard a réussi à compléter le triathlon en 15 heures et 53 minutes.

« C’est une fierté d’avoir réussi à compléter l’épreuve. Ça n’a pas été évident, j’ai pensé à quelques reprises abandonner, mais j’ai tenu le fort et je peux maintenant dire que j’ai réussi une compétition extrêmement difficile. »

Le triathlon avait bien débuté pour le Jeannois. Amoureux de la natation, l’épreuve de nage s’est très bien déroulée.

L’épreuve en vélo, qu’il a complété en un peu plus de 7h, c’est majoritairement bien passé.

« Jusqu’à la barre des 165 km, ça allait bien. Je n’avais pas l’impression que c’était long, j’étais un peu comme en transe. Mais les 15 derniers kilomètres m’ont achevé. Les côtes dans cette dernière portion sont impressionnantes et j’ai vu mon énergie diminuer grandement à ce moment. »

Une fois le vélo terminé, David a entamé la dernière épreuve de course. Il n’a cependant jamais eu de regain d’énergie.

« J’ai alterné la marche et la course jusqu’à la fin. J’ai eu plusieurs crampes et raideurs musculaires qui m’ont forcé à prendre des pauses pour m’étirer. »

Une fois les dernières côtes franchies et après avoir atteint la ligne d’arriver, David a pu lâcher un soupir de soulagement.

« C’est une expérience incroyable que je n’oublierai pas. Par contre, maintenant que c’est fait, je peux dire que ce genre d’épreuve je n’en referai plus. Je suis fier d’en avoir réalisé une, c’est un défi que j’ai coché de sur ma liste, mais dorénavant je vais m’en tenir à des compétitions de moindre envergure. »

Partager cet article