Un nouvau défi pour se mettre en forme

Photo de Denis Hudon
Par Denis Hudon
Un nouvau défi pour se mettre en forme

<![CDATA[C’est parti pour le premier Défi ma shape de plage au studio Acti-Forme P3M de Saint-Félicien, en partenariat avec MonGymFitness de Mascouche, initiateur du défi depuis l’an dernier.
Un défi d’une durée de huit semaines, démarré lundi dernier et jusqu’au 2 juin, qui vise à encourager les gens à s’entraîner et à mieux vivre en adoptant de saines habitudes de vie.
Mélanie Robillard, la propriétaire, confirme l’inscription de 48 personnes (40 femmes et 8 hommes) réparties dans quatre équipes, incluant les coachs ou capitaines.
Ces derniers sont généralement des entraîneurs de formation ou connaissent bien les méthodes d’entraînement. Elles et ils sont là pour aider l’équipe, bien encadrer les participants.
« Le but premier est d’avoir du plaisir, mais tout en s’entraînant, en mangeant santé et en améliorant sa condition physique. Et pour ajouter à la motivation, la formule favorise la saine compétition, une compétition amicale alors que chaque participant contribue à l’accumulation de points pour son équipe ».
Entraînement, ateliers et conférences
Sans entrer dans tous les détails du défi, mentionnons seulement qu’il y a une pesée obligatoire au début et à la fin du défi et deux autres pesées optionnelles durant le défi. Il y a aussi une prise de photo de chaque participant, avant et après avoir réalisé le défi.
Outre des activités physiques en gymnase ou à l’extérieur, le programme comprend une série d’ateliers allant de la nutrition, à la motivation, en passant par des conférences sur l’estime de soi, la confiance ou encore des conseils sur la santé et comment atteindre ses objectifs.
Au fil des activités et des défis, chaque participant cumule des points. À la fin, c’est l’équipe qui aura accumulé le plus de points qui gagnera. Divers prix seront remis à la fin du processus.
Un immense tableau avec l’inscription des participants permet de suivre l’évolution du pointage de chacune des équipes, créant une motivation supplémentaire.
Mélanie Robillard croit que le concept du défi pourrait s’étendre à plusieurs villes et régions du Québec dans les prochaines années.

Deux participantes acceptent de jouer le jeu

Deux candidates au Défi Ma shape de plage ont accepté de parler de ce qui les a motivées à participer au programme, et de ce qu’elles attendent de l’expérience. Elles feront leur propre évaluation à la fin des huit semaines de défi pour voir si elles ont atteint leurs objectifs.

Suzie Boivin s’entraîne déjà depuis plus d’un an, une question de santé, elle qui fait du diabète. Elle s’est inscrite au Défi pour vivre autre chose, s’entraîner et vivre des activités au sein d’un groupe. (Photo Trium Médias – Denis Hudon)

Suzie Boivin de Saint-Félicien a 57 ans. Avant même de s’inscrire au Défi, elle est une habituée du studio Acti-Forme P3M. C’est son état de santé et sur les conseils de son médecin qu’elle a commencé à s’entraîner au gymnase, il y a maintenant presque deux ans.
« Je suis diabétique. J’ai eu comme pas le choix de commencer à m’entraîner pour améliorer ma santé et ma condition physique. Je m’entraîne seule et quand j’ai vu une affiche au studio annonçant le Défi Ma shape de plage, ç’a tout de suite piqué ma curiosité. J’ai pris quelques renseignements et je me suis dit, pourquoi pas ».
Suzie Boivin voulait aussi vivre quelque chose d’inhabituel pour elle, participer à des entraînements et à des activités au sein d’un groupe.
« On va traiter de nutrition, on va s’entraîner et s’entraider. Chacune a ses propres objectifs, ses défis, mais qui sont mis aussi au profit du groupe. Moi, par exemple, j’aimerais bien pouvoir constater, à la fin des huit semaines, que j’ai perdu de la bedaine ou perdu trois ou quatre livres. Je veux en apprendre davantage sur la bonne façon de s’alimenter, mais surtout je veux vivre tout ça avec la force du groupe. On verra bien si j’ai atteint tous mes objectifs à la fin du défi », lance la quinquagénaire toute souriante.
Catherine Tremblay
Catherine Tremblay trouve une motivation supplémentaire en participant au Défi, parce qu’en groupe, dit-elle, chaque membre est imputable envers les autres. (Photo Trium Médias – Denis Hudon)

Catherine Tremblay, elle aussi de Saint-Félicien, a 35 ans. Elle a déjà le physique de la femme qui s’entraîne et prend soin de sa santé.
« Moi, ce qui me motive le plus dans ce défi, c’est qu’on sera imputable. Imputable envers soi-même, mais aussi envers le groupe. On veut atteindre des objectifs et on aimerait bien à la fin pouvoir dire qu’on a réussi. On ne doit pas tricher avec soi-même ni avec les autres. On accumule des points pour son équipe, c’est un challenge de plus. L’esprit d’équipe prime dans ce défi, on doit s’entraider. »
Personnellement, Catherine Tremblay veut se rendre jusqu’au bout de l’exercice, améliorer encore sa condition physique, sa santé, sa qualité de vie et ses habitudes de vie.]]>

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des