Stratégie de main-d’oeuvre : aux entreprises de sortir le grand jeu

Stratégie de main-d’oeuvre : aux entreprises de sortir le grand jeu

Eliot Lapointe, coordonnateur de la stratégie de main-d’œuvre, invite les entreprises à adhérer au portail web de la stratégie.

Crédit photo : Trium Médias - Serge Tremblay

Lancée il y a à peine un mois, la stratégie de main-d’œuvre du comté Roberval commence déjà à porter ses fruits. Il faudra cependant que les employeurs soient à la page pour en tirer profit.

Les premières missions de recrutement ont permis de cibler une trentaine de candidats prêts à s’établir dans le haut du lac, si un emploi est au rendez-vous.

Pour la plupart issus de l’immigration, ces candidats peuvent représenter une partie de la réponse à la pénurie de main-d’œuvre qui sévit dans le milieu. Les entreprises devront toutefois se mettre en mode séduction, prévient Eliot Lapointe, coordonnateur de la stratégie de main-d’œuvre.

« La prémisse de base, c’est que ce sont maintenant les employeurs qui doivent séduire les candidats. Les employeurs qui ont compris qu’il y a eu un 180 degrés et que les rôles se sont inversés ont une longueur d’avance », lance-t-il.

Celui-ci affirme qu’il y a toujours des employeurs qui refusent d’accepter cette réalité et se nuisent ainsi à eux-mêmes dans leurs efforts de recrutement.

Aide

Pour accompagner les employeurs, la Stratégie de main-d’œuvre prévoit, au cours des prochains mois, tenir un Triathlon solutions main-d’œuvre. Cette activité proposera trois journées de colloque en ressources humaines avec conférences et ateliers.

« Ici, on est dans un territoire de PME. La plupart des entreprises n’ont pas de service de ressources humaines et c’est difficile pour les patrons de prendre le temps de s’y consacrer suffisamment. On sent qu’ils ont une ouverture qu’il n’y avait pas avant et on va tenter de les outiller. »

La première journée se tiendra le 12 décembre et traitera d’attraction et de recrutement. La thématique de l’accueil, l’intégration et la reconnaissance sera à l’ordre du jour de l’activité du 14 mars et sera suivie, le 29 mai, d’un colloque abordant la fidélisation et la mobilisation.

Mission internationale

Les efforts déployés dans le cadre de la stratégie de main-d’œuvre iront même jusqu’à l’international. Une première tentative aura lieu à Paris à la fin novembre avec la participation de trois entreprises de chez nous, soit Métro DB, Gilbert Tech et DESCO.

« En France, le taux de chômage chez les jeunes est très élevé, alors le Québec est une destination intéressante. »

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des