Un retour en force pour Les Dales Hawerchuk

Un retour en force pour Les Dales Hawerchuk

C'est avec un son affirmé que Sylvain Séguin

MUSIQUE. Après 5 ans d’absence, Les Dales Hawerchuk reviennent en force avec l’album Désavantage numérique. Un album totalement assumé. Les fans du groupe ne seront pas déçus et les plus sceptiques ne pourront pas ignorer le talent musical de cette formation qui fait vibrer le Québec depuis plus de 10 ans.

Sébastien Séguin, membre du groupe, souligne que l’absence du band a été plus longue en raison d’une réorganisation.

«En cinq ans, il s’est tellement passé de choses. Certains membres avaient d’autres associations musicales, d’autres sont devenus des pères. Par contre, nous étions prêts pour cet album. On l’a fait pour nous avant tout, avec notre cœur. On voulait un disque qui nous plaît. On l’a fait», mentionne Sébastien Séguin.

Avec Désavantage numérique, le groupe arrive avec un rock des plus affirmés.

«On voulait faire un album solide pour nos fans. Avec notre dernier album paru en 2011, on avait plus de recul. On savait ce qu’on souhaitait offrir. On voulait faire du vrai rock tout en gardant le son du Lac», mentionne le chanteur et guitariste du groupe.

Alors qu’on pensait qu’il s’agissait d’un mythe développé à Montréal, le son du Lac est un terme de plus en plus utilisé par les groupes d’ici.

«On trouvait ça bien drôle au début. Avec le temps, on se rend compte que les artistes du Lac ont un son unique. On a pour la plupart fréquenté l’école de Fred Fortin. Nos inspirations musicales sont similaires. Aujourd’hui, le son du Lac, on le perçoit comme un compliment. C’est notre signature», souligne Sébastien Séguin.

Des craintes

Malgré les succès passés, revenir avec un album après une si longue absence n’est pas sans crainte pour le groupe.

«Il y a toujours des craintes. C’est comme revenir en couple avec son ex. On ne sait pas si elle a changé ou si elle nous aime encore. Depuis le début de notre carrière, on n’a jamais rien tenu pour acquis. On se laisse porter. On suit la vague. On ne veut pas se tirer dans le pied uniquement pour plaire. On veut rester nous-mêmes», explique-t-il.

Malgré ces craintes, l’évolution de chaque membre permet au groupe d’offrir un album différent du précédent, mais sans pour autant renier le caractère unique de la formation.

«On aime la musique. On veut toujours s’améliorer. La plupart des membres se dédient uniquement au band. Pierre Fortin est le seul qui vit uniquement de la musique grâce à ses nombreux projets. Son bagage, il nous le partage quand vient le temps de s’assoir ensemble pour produire un album», souligne Sébastien.

Une histoire de famille

Sébastien Séguin signe la pièce «Mon amour pour les machines» avec son frère Dany Séguin.

«Il n’est pas musicien, mais il a apporté sa contribution à cette pièce. On l’a vraiment fait pour les gens du Lac, pour ceux qui aiment les moteurs. Plusieurs vont certainement se reconnaitre dans cette pièce», souligne Sébastien.

Retour sur scène

Les Dales Hawerchuk sont prêts à remonter sur la scène. L’album Désavantage numérique sera disponible dès le 25 novembre. Le lancement aura lieu à Montréal, mais la formation espère pouvoir bientôt débarquer au Lac afin de venir le présenter à la maison.

«On savoure encore chaque instant. La vie a beau mettre des embuches sur notre chemin, on va continuer notre route pour faire ce qu’on aime», conclut Sébastien Séguin.

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des