Une victoire pour Nathan Beaudin-Bolduc au Marathon de la relève

Une victoire pour Nathan Beaudin-Bolduc au Marathon de la relève

À l’arrivée

NATATION. C’est avec un lac à 19,6 degrés que les 19 jeunes nageurs du Marathon de la relève se sont élancés.

À cette température, le port de la combinaison était optionnel. Certains nageurs ont décidé de le porter alors que d’autres ont préféré s’en abstenir.

Dans le cadre de la Coupe Espoir, David Pouliot de Beauport était le nageur à surveiller. Ce dernier s’est illustré en décrochant la première place à Shawinigan et au Lac-à-Jim, lors des deux premières épreuves de la coupe.

Nathan Beaudin-Bolduc de Lévis et David Pouliot ont nagé ensemble tout au long du 10 km. Ce n’est qu’à la dernière bouée avant de toucher la plaque que le jeune Beaudin-Bolduc a ouvert la machine pour devancer Pouliot. C’est avec un temps de 1 h 59 : 17.9 qu’il a accompli sa tâche.

Celui-ci était surpris de sa victoire, car il y a quelques semaines au Marathon du Lac-à-Jim, David Pouliot l’avait devancé à la ligne d’arrivée. Les deux nageurs ne se sont jamais distancés. Ils se sont défiés de quelques attaques tout au long du parcours.

Nathan Beaudin-Bolduc avait revêtu le « wetsuit » pour la compétition.

« Je l’avais uniquement porté en entraînement. C’est la première fois en compétition. Je ne savais pas à quoi m’attendre. Ç’a été beaucoup moins pire que ce à quoi je m’attendais. Au niveau de la vitesse, j’ai vu une différence. Comme on flotte plus, on “kick” moins, ce qui m’a permis de dépenser moins d’énergie et d’avoir suffisamment de puissance pour sprinter à la fin », explique Nathan Beaudin-Bolduc.

Durant toute la course, Rosalie Lévèque-Pero s’est accrochée à sa troisième position. La jeune nageuse de 19 ans de Vaudreuil-sur-le-Lac a suivi les deux premiers nageurs afin de distancer le peloton. Cette tactique lui a permis de creuser l’écart avec les autres nageuses.

Rosalie connaît une excellente saison. Lors de ses deux premières épreuves, la jeune femme a décroché une troisième place au cumulatif lors du 5 km à Shawinigan et la première position lors du Marathon du Lac-à-Jim.

« Mon objectif était de gagner. L’an prochain, je pense tenter ma chance au 10 km FINA. J’aimerais bien faire cette compétition. Le 32 km figure aussi à ma liste », souligne-t-elle.

Adaptation

Gabrielle Savard de Dolbeau-Mistassini était satisfaite de sa course, mais le port de la combinaison en néoprène n’a pas été d’une grande utilité pour la nageuse de la région.

« Je suis contente de ma course, mais j’aurais peut-être mieux performé sans mon “wetsuit”, car il m’a limitée dans mes mouvements. De plus, j’ai eu très chaud. J’ai hésité beaucoup avant de mettre mon “wetsuit”. Mon coach m’a conseillé fortement de le porter, car les autres nageurs l’avaient mis », explique la jeune femme qui est arrivée en troisième position chez les dames.

Gabrielle Savard souligne qu’elle s’entraîne justement pour exceller dans de telles conditions.

« Je suis habituée à nager dans l’eau froide. Pour moi, l’eau était idéale aujourd’hui et le port de la combinaison n’était pas nécessaire. Nager en eau froide, c’est une question d’adaptation », souligne la nageuse.

Nageurs régionaux

Alexann Petiquay de Mashteuiatsh a mis fin à sa course une vingtaine de minutes après le début. Cette dernière a pris un bouillon qui l’a empêchée de respirer. L’irritation à la gorge causée par la gorgée d’eau a causé un inconfort qui a forcé la nageuse à renoncer à sa course.

François Michaud d’Alma a fait un temps de 2 h 34 : 55.0. Par contre, Michaud n’a pu figurer au classement, car il a touché la plaque plus de 30 minutes après le vainqueur.

Guillaume Poulin de Saint-Félicien et Samuel Juneau de Roberval qui participaient dans la catégorie Développement ont fait des temps de 2 h 22 : 52.4 et 2 h 40 : 28.3.