Val-Jalbert :des investissements pour préserver les maisons et le couvent-école

Val-Jalbert :des investissements pour préserver les maisons et le couvent-école

La préservation du patrimoine bâti est importante. Le plan de développement prévoit des restaurations de l’ordre de 6 M$.

Crédit photo : Trium Médias - Louis Potvin

Même si ce n’est pas apparent, le Village historique investit 625 000$t en 2018, principalement pour restaurer des maisons et le couvent-école.

Comme il s’agit de bâtiments patrimoniaux, des spécialistes ont proposé des corrections, pour les rendre conformes à l’époque et assurer leur pérennité.

«Notre patrimoine bâti est très important et les visiteurs nous font la remarque de le préserver. Nous avons prévu 6 M$ dans notre plan de développement pour différentes restaurations», indique la directrice générale Michèle Castonguay.

«Même s’il est déposé et que nous attendons des réponses de financement, nous devions investir dès cette année.»

Lors de notre visite, la supérieure de couvent était bien heureuse de montrer le nouvel escalier, les poteaux de galeries et les balcons du couvent qui ont été restaurés selon les formes de l’époque.

«Je me demandais pourquoi il y avait des colibris qui venaient chaque année. Eh bien, à l’époque il y avait des bacs à fleurs. Ça a la mémoire longue ces oiseaux-là!»

Il a été permis d’utiliser du mélèze pour les travaux, afin d’assurer une durée de vie plus longue, car le ministère ne permet pas de peinturer les bâtiments.

Maisons

Les investissements touchent également des maisons sur le plateau.

«Des tôles à baguette ont été installées sur les toitures des galeries de maisons, comme à l’époque, au lieu du cèdre. Les gens du ministère sont très exigeants sur les travaux à faire. Nous devons fournir des plans précis et démontrer que nous utilisons les techniques de construction de l’époque. C’est obligatoire pour obtenir des certificats d’autorisation.»

Travaux à l’automne

Environ 325 000 $ ont investis jusqu’à maintenant. En plus de la restauration, des équipements ont été achetés pour le spectacle multisensoriel et des réparations ont été faites à des chalets au camping.

Un autre 300 000 $ sera injecté cet automne pour de la restauration de bâtiments et autres nécessités.

«Les besoins sont nombreux, mais il faut prioriser. À titre d’exemple, repeindre les piliers du téléphérique coûterait 75 000 $».

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des