Mercredi, 24 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 45 s

Marinas: une saison hors du commun

Yohann Harvey Simard
Le 16 mai 2021 — Modifié à 18 h 47 min le 16 mai 2021
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Avec l’explosion des ventes d’embarcations nautiques au cours des derniers mois, les marinas de la région seront pleines à craquer cet été.

« On est pratiquement toujours complet, mais cette année, la différence c’est que ça a réservé pas mal plutôt », mentionne Chantale Fortin, responsable de la marina de Saint-Henri-de-Taillon.

Par ailleurs, la municipalité aurait souhaité pouvoir procéder à d’importants travaux dans la marina.

« On devait déposer un projet de 2,5M$ au gouvernement pour refaire la capitainerie au complet, les quais, le stationnement et la descente de bateaux. Mais tant au fédéral qu’au provincial, on nous a répondu que même si on était en situation de relance économique, il n’y avait aucun programme pour soutenir un tel projet », déplore le maire de Saint-Henri-de-Taillon, André Paradis.

Il se dit effectivement très déçu de cette réponse lorsqu'il dit que "pour faire partie de la relance, il faut un projet avec de l’asphalte ou que ce soit un terrain de soccer. Les marinas, ça ne fait pas."

Roberval

La marina de Roberval affiche elle aussi complet. « On est déjà plein. Depuis le début de la pandémie, on a gagné beaucoup de monde. Déjà l’an passé, il y a beaucoup de nouvelles personnes qui ont commencé à demander des informations, et cette année, ils ont acheté leur droit d’entrée », affirme Gérard Brassard, directeur des opérations du Club nautique de Roberval.

Toutefois, le conseil d’administration n’a pas l’intention d’entreprendre des travaux d’agrandissement, car selon Gérard Brassard, cette hausse de la demande risque de se dissiper aussi soudainement qu’elle est apparue.

« On prévoit que lorsque la pandémie va être réglée, il y a beaucoup de monde qui va recommencer à voyager en dehors. À ce moment-là, il va recommencer à y avoir des places de libres et des bateaux à vendre, surtout si les taux d’intérêt montent de 0,5%. »

D’ailleurs, c’est après s’être entretenu avec plusieurs conseillers financiers que Gérard Brassard a pu établir de telles prévisions.

Péribonka

À Péribonka, la popularité de la marina est loin de s’estomper. « Il y a beaucoup de nouvelles personnes et il y a aussi plusieurs personnes qui étaient déjà là, mais qui se sont acheté de nouveaux bateaux et qui ont besoin de plus de places à cause de ça », soutient la responsable de la marina de Péribonka, Aude Gauthier-Martel.

En fait, cette dernière s’attend à ce qu’il y ait un trafic maritime si important qu’elle appréhende déjà la gestion des pompes à essence.

« Ce n’est déjà pas très fonctionnel parce que les gens doivent monter au dépanneur pour payer. Ça cause beaucoup d’attente », fait-elle valoir.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES