Téléphonie cellulaire sur la 155 : La Tuque prend les choses en main

Téléphonie cellulaire sur la 155 : La Tuque prend les choses en main

<![CDATA[

Après des années de discussions avec les MRC du Lac-Saint-Jean et Mékinac, le maire de La Tuque Normand Beaudoin en avait assez et il a pris la décision de piloter le projet de téléphonie cellulaire sur la route 155, de Chambord jusqu’à Grandes-Piles. Un pas de plus a été franchi pour la réalisation du projet de 15 M$ alors que la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Mauricie a attribué un montant de 75 000$ pour l’embauche d’un spécialiste technologique en téléphonie cellulaire.

Depuis la dernière année, la Ville de La Tuque prépare des documents pour l’élaboration du projet. « Patrice Bergeron, notre directeur forestier et à la diversification économique est bon à beaucoup de niveaux, mais ça nous prenait un professionnel dans ce domaine », soutient le maire Normand Beaudoin.

Le premier magistrat en avait marre de toujours discuter du dossier avec les autres régions. « J’en avais assez des discussions, ça ne bougeait pas assez vite alors j’ai mis mes culottes afin de prendre le dossier. Nous avons l’appui des régions, de la CRÉ, et du ministre fédéral Denis Lebel. Les compagnies cellulaires disaient qu’un tel projet n’était pas rentable pour elles, mais si seulement on sauve une vie grâce au cellulaire, ça vaut le coup! On se doit d’être moderne. Dans 10 ans, il n’y aura plus de ligne dure pour le téléphone, mais seulement des cellulaires. Nous devons penser aux utilisateurs de la route qui sont en danger en cas d’accident, et aussi aux nombreux camionneurs qui empruntent la route 155. »

La Ville créera un organisme à but non lucratif (OBNL), qui deviendra le gestionnaire des infrastructures. Pour obtenir les fonds pour le projet estimé à 15 M$ pour les 13 tours cellulaires nécessaires, la création de l’OBNL est indispensable. Ainsi, l’entité pourra faire des demandes de subventions qui pourraient atteindre 90% de la somme totale.

Présentement, le programme de subvention provinciale pour les infrastructures n’existe plus, mais le gouvernement devrait débloquer des sommes dans un nouveau programme, ce qui pourrait profiter au projet de téléphonie cellulaire.

En 2013, la nouvelle ressource qui sera embauchée grâce à la subvention de la CRÉ établira le développement du projet pour le matériel technologique nécessaire. « La ressource s’attaquera à toute la logistique qui englobe le projet, autant pour les plans que les coûts. En 2014, il ne restera que l’installation des tours. Mais tout va dépendre des réponses que nous recevrons », précise le maire Beaudoin.

Des exemples

Au cours de la dernière année, Patrice Bergeron a travaillé afin de répertorier d’autres territoires qui avaient le même problème. « Aux Îles-de-la-Madeleine, ils ont un réseau de câbles sous-marins. Ils ont créé un OBNL et ils ont reçu 90% du montant total en subventions. C’est la même chose au Fjord du Saguenay. Je ne vois pas pourquoi nous sommes incapables de faire de même. La différence, c’est que notre projet couvre trois MRC. Alors, nous avons intérêt à nous unifier. Les appuis des MRC de Mékinac et du Lac-Saint-Jean sont là, tout comme celle du Centre local de développement », ajoute M. Bergeron.

]]>

Partager cet article