Actualités

Temps de lecture : 1 min 33 s

Relais Saint-André : le sentiment du devoir accompli

Le 14 février 2011 — Modifié à 00 h 00 min le 14 février 2011
Par daniel migneault

Relais Saint-André : le sentiment du devoir accompli

La mobilisation populaire à Saint-André aura permis de sauver l’un des derniers commerces de la municipalité. C’est avec un grand sentiment de fierté que les partenaires ont présenté officiellement la coopérative de solidarité Relais Saint-André.

Les résidents conservent ainsi les services essentiels du dépanneur, du restaurant et de la station d’essence. Le maire de Saint-André, Gabriel Martel, n’a pas caché ses émotions devant ce résultat : « Je suis fier de ma municipalité. On travaille sur le projet depuis plus d’un an. J’étais persuadé qu’il fallait sauver le commerce. La nouvelle coop a de l’avenir », insiste-t-il.

M. Martel a tenu à remercier les anciens propriétaires pour leur soutien. En effet, ils étaient prêts à fermer leurs portes et à tout laisser tomber. Le premier magistrat les a convaincus de lui laisser un peu de temps pour sauver cet acquis. Le temps lui aura donné raison.

La présidente de la coopérative, Nancy Lapointe, se réjouit de la bonne réponse de la population qui utilise les services de la coopérative. Fermé pendant près d’un an, le restaurant a recommencé ses activités le 15 janvier et la clientèle est aussi au rendez-vous, preuve que ça manquait à Saint-André.

Revitalisation

Depuis quelques mois, les municipalités de Saint-André, Saint-François-de-Sales et Lac-Bouchette luttent contre la dévitalisation. Un comité a d’ailleurs été mis sur pied pour mettre de l’avant des solutions. Ce premier bon résultat est porteur d’avenir.

« Vous détenez les ressources, l’intelligence et la solidarité pour bâtir ce que vous voulez faire de votre village. C’est un projet de cœur qui permet d’en arriver à un projet viable. Ce projet prouve qu’il est possible de mettre en place un véritable plan de développement », soutient le président du Comité stratégie revitalisation, Camil Laforge.

La Coopérative de développement régional a collaboré étroitement à la création du Relais Saint-André. Selon Hélène Boily, cette réussite est un exemple à suivre au Saguenay—Lac-Saint-Jean.

Plusieurs partenaires ont participé au maintien du commerce à Saint-André, dont le CLD Domaine-du-Roy, la SADC Lac-Saint-Jean-Ouest, la Caisse populaire Desjardins Sieur-de-de-Roberval et le ministère des Affaires municipales et des Régions.

La coopérative Relais Saint-André compte 173 membres qui ont contribué à la hauteur de 250 $ et neuf membres de soutien qui ont injecté 1000 $.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES