Concessionnaires automobiles : Retour en piste après un mois d’avril désastreux

Denis Hudon
Concessionnaires automobiles : Retour en piste après un mois d’avril désastreux

Les concessionnaires automobiles ne l’ont pas eu facile eux non plus pendant la pause COVID-19, mais depuis le déconfinement au début mai, les ventes ont repris. Le consommateur est de nouveau sur le marché des véhicules neufs et d’occasion.

« Après un mois d’avril désastreux où on a enregistré une baisse de l’ordre de 90 % à 95 %, là, on peut dire qu’on est dans une bonne période. Depuis la réouverture, les ventes ont explosé. On vire à pleine capacité », dit Pierre-Luc Verreault du Groupe Maison de l’auto qui a des concessions à Saint-Félicien, à Dolbeau-Mistassini et à Roberval.

Celui-ci observe que beaucoup de gens ont tout simplement retardé leurs achats avec la pandémie et qu’ils en profitent maintenant.

« En ce moment, on est débordé et on vit comme une période de rattrapage, même si on ne pourra jamais récupérer les pertes d’avril. C’est relancé aussi pour les véhicules d’occasion. Je pense cependant que la réalité va nous rattraper cet automne ».

Chez Jean Dumas Multiconcessionnaire, avec ses garages automobiles à Saint-Félicien, Roberval, Dolbeau-Mistassini, Alma, Chibougamau, Baie-Comeau et Saguenay, les affaires ont repris de plus belle.

« Ça va bien dans les ventes, on a même battu des records au mois de mai. Et jusqu’à maintenant, le mois de juin est bon. Mais le mois d’avril a fait très mal. On ne pourra jamais rattraper tout ce qui a été perdu, c’est certain. On peut juste reprendre un peu du terrain », dit Jean Dumas.

Pas la catastrophe annoncée

Le Groupe Fortin qui s’est porté acquéreur de Garage Paul Dumas un peu plus tôt cette année, avec des concessions à Dolbeau-Mistassini et Saint-Félicien, respire beaucoup mieux lui aussi depuis le déconfinement.

« Dans notre domaine, on est pas mal à l’abri des ventes par Internet. Ce qui fait que le consommateur s’est armé de patience et maintenant il est de retour. Ce n’est quand même pas au niveau de l’an dernier », dit Stéphane Fortin, l’un des copropriétaires.

« Ce ne sera pas non plus la catastrophe annoncée. Ç’a quand même redécollé rapidement et ça s’annonce bon pour le mois de juin. On risque toutefois de souffrir d’un inventaire insuffisant qui se traduira inévitablement par une baisse de ventes. On pourrait se retrouver en juillet avec des stationnements vides. Il y a encore beaucoup d’incertitude, mais on se croise les doigts », conclut Stéphane Fortin.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des