Élections fédérales : Dany Boudreault veut faire les choses autrement

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
Élections fédérales : Dany Boudreault veut faire les choses autrement
Le candidat du Parti Populaire dans Lac-Saint-Jean, Dany Boudreault. (Photo : TRIUM MÉDIAS - Janick Émond)

Le candidat du Parti Populaire du Canada dans Lac-Saint-Jean, Dany Boudreault, estime que le gouvernement du Canada doit agir de façon radicalement différente, que ce soit en matière d’environnement, d’économie ou d’agriculture.

Camionneur de métier, il craint les impacts sur l’industrie forestière de la protection du caribou forestier et des efforts exigés en lien avec la question de changements climatiques.

« Première des choses, il faut qu’on se sorte de l’Accord de Paris et faire des normes qui s’appliquent aux Canadiens et Canadiennes et non pas des normes établies à Genève. Notre objectif, c’est que la situation se règle, mais on ne veut pas subir de pertes d’emplois, au contraire, on veut en avoir plus encore », lance-t-il.

Gestion de l’offre

Dans le dossier de la gestion de l’offre, la position du Parti est bien claire selon Dany Boudreault. Il faut l’abolir.

« On veut l’abolir et la remplacer progressivement. Dans les cinq premières années, on va racheter les quotas et ça va tranquillement faire disparaitre la gestion de l’offre pour la remplacer par une taxe directement sur le lait pour rembourser tout ça. »

Aussi, il mentionne vouloir mettre fin à ce qu’il appelle le cartel de l’Union des producteurs agricoles.

« Il faut laisser les entreprises grossir si elles le veulent et vendre si elles veulent vendre. »

Environnement

Dany Boudreault tient à souligner que lui et son Parti ne sont pas éco anxieux. Toutefois, un travail doit être fait pour améliorer les conditions climatiques et ça, ça passe en premier par les actions locales.

« Il faut qu’on arrête d’envoyer de l’argent ailleurs pour les aider. Il faut qu’on s’aide avant en nettoyant nos rivières, nos lacs, notre terre. »

Main-d’œuvre

Pour combler le manque de main-d’œuvre, il propose d’améliorer les conditions d’emplois en passant par les baisses d’impôts.

« Ça passera à 0 % pour des salaires allant jusqu’à 15 000 $, à 15 % entre 15 000 $ et 100 000 $ et 25 % pour 100 000 $ et plus. »

Il ajoute qu’augmenter le salaire minimum est une mauvaise idée à long terme, puisque le coût de la vie suivra cette hausse.

Médias

Tout en indiquant l’importance de conserver les médias, Boudreaut indique que son Parti abolira les subventions à ceux-ci s’ils sont élus.

« On veut qu’ils vivent par eux-mêmes, on veut se dissocier. Un changement devra survenir dans les médias et nous les aiderons à traverser ça, mais sans subventions. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des