Soins de fin de vie : le projet de loi adopté

Soins de fin de vie : le projet de loi adopté

<![CDATA[

SANTÉ. Il sera désormais possible pour certains malades d’avoir recours à des soins de fin de vie pour mourir dans la dignité.

L’Assemblée nationale a adopté hier, par une majorité de voix, le projet de loi 52 qui encadre cette pratique. En tout, 94 députés se sont prononcés en faveur du projet contre 22 en défaveur. Personne ne s’est abstenu.

Le premier ministre Philippe Couillard avait dit aux députés qu’ils pouvaient voter selon leurs convictions personnelles et non en se fiant à la ligne de parti. Notamment, la députée Christine St-Pierre, avait mentionné son intention de se prononcer contre.

« Cette loi, progressiste et humaine, permettra à chaque personne en fin de vie d’être accompagnée d’une manière qui répond à ses besoins propres, dans le respect de ses volontés et de son intégrité », a indiqué la députée péquiste de Joliette et coauteur du projet de loi Véronique Hivon.

L’élaboration de la loi sur les soins de fin de vie a débuté il y a quatre ans avec la mise en place d’une commission spéciale. Un premier rapport a été déposé en 2012, puis un projet de loi initial a été présenté en juin 2013, à l’époque du gouvernement Marois. Les élections provinciales du printemps dernier ont ralenti le processus d’adoption du projet qui a finalement été présenté de nouveau le 22 mai dernier.

Par communiqué, plusieurs associations ont indiqué accueillir favorablement la décision, dont l’Association québécoise d’établissements de santé et de services sociaux et l’Association médicale du Québec.

]]>

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires