Actualités

Temps de lecture : 58s

Boucherie Charcuterie Perron se bat contre les géants

Le 26 juillet 2010 — Modifié à 00 h 00 min le 26 juillet 2010
Par daniel migneault

Boucherie Charcuterie Perron se bat contre les géants

La Boucherie Charcuterie Perron investira 743 000 $ pour améliorer ses équipements et ainsi accroître sa productivité. Pour ce faire, l’entreprise reçoit une contribution remboursable de 236 500 $ du Fonds d’adaptation des collectivités du gouvernement fédéral.

La directrice générale de la Boucherie Charcuterie Perron, Manon Perron, souligne qu’il est essentiel de réduire ses coûts d’opération dans un marché très compétitif. D’ailleurs, l’entreprise vise un créneau spécifique, soit le porc naturel élevé sans antibiotiques.

Nutrinor et Rochette ont récemment acquis 40 % des parts de Boucherie Charcuterie Perron. Cela permet de valoriser la filière régionale, de l’alimentation, à l’élevage, l’abattage et la transformation. « Tous les jours, on se bat contre des géants dans le domaine agroalimentaire, affirme le directeur général de Nutrinor, Yves Girard. Les grandes compagnies visent uniquement les profits et offrent des produits qui goûtent tous la même chose. Boucherie Charcuterie Perron propose un produit unique et différent. Nous voulons augmenter la compétitivité de l’entreprise. »

Le ministre d’État responsable de l’Agence de développement économique pour les régions du Québec, Denis Lebel, a encensé l’entreprise primoise : « L’agroalimentaire prend de plus en plus d’importance dans le monde et supporter ce secteur est une obligation. Nous devons souligner l’excellence de notre terroir. Des projets novateurs contribueront à la relance de l’économie », mentionne-t-il.

Boucherie Charcuterie Perron créera trois emplois et en consolidera 22 autres avec ce projet.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES